Siwananand Kripa, 53 ans, plus connu comme Anand, nie avoir tué son voisin Mahendra Kumar Ramlall, 57 ans, dans la soirée du 25 décembre à Allée Coco, Rivière-du-Rempart. « Monn zis pous li. Rambo (la victime, ndlr) inn tonbe akoz li ti sou », a indiqué le suspect à la CID de Piton. Durant le week-end, il a expliqué en détail les circonstances de ce drame, en soutenant qu’il se trouvait dans la rue vers 18h30, discutant avec un ami quand la victime est arrivée. « Li’nn koumans zour mwa, li dir li pou bat mwa », soutient le suspect, qui ne s’est pas laissé intimider et avouant avoir lancé : « Si to enn vre mari, vini. »

Entre-temps, l’ami d’Anand, a tenté de les calmer, mais sans succès. Le présumé agresseur avance que Mahendra Kumar Ramlall l’a giflé et lui a ensuite donné un violent coup de pied aux parties intimes. Le suspect s’est tordu de douleur à terre. « Ler li pe revini pou bate, monn leve e met lame lor so lestoma pou pous li », a indiqué Anand. La victime est alors tombée lourdement à terre, en perdant connaissance.

L’ami du suspect s’est ensuite rué pour informer les proches de la victime de ce qui s’est passé. Ils ont noté que Rambo ne respirait plus. « So bann fami inn lev ar mwa. Mo pe explik zot mo’nn zis pous li. Si mo ti touye, mo ti pou sove », a-t-il dit, tentant de justifier son acte. Par la suite, la police de Rivière-du-Rempart est arrivée et est tombée sur Rambo, étalé par terre avec une blessure à la tête, alors que le suspect était à côté.

La victime a été conduite à l’hôpital du Nord, où un médecin a certifié son décès. L’autopsie du Dr Daniel Monvoisin, Principal Police Medical Officer (PPMO), a attribué la mort de Mahendra Kumar Ramlall à une « aspiration of regurgitated stomach contents ». En plus, il souffrait de diabète et de forte tension artérielle. Anand Kripa a été traduit samedi à la Bail and Remand Court, où une accusation provisoire de meurtre a été retenue contre lui. Il est de nouveau attendu au tribunal de Rivière-du-Rempart ce lundi pour les procédures pour son inculpation provisoire.

La CID de Piton enquête toujours sur les circonstances de ce drame, même si une source proche du dossier avance que la charge contre le suspect pourrait changer à la lumière du rapport médical complet et des résultats toxicologiques.