Fardeen Okeeb en compagnie de son avocat Asad Peeroo au CCID le matin du jeudi 21 janvier

Assad Peeroo dit craindre pour sa sécurité et demande à la police de garantir sa protection. ll a envoyé une correspondance en ce sens au commissaire de police et au Bar Council. L’avocat a expliqué que ses services ont été retenus par le suspect Muntasir Gokhool. Et de souligner : « Je représente tout individu qui retient mes services dans la mesure du possible et conformément au “code of ethics” du Barreau. »

L’avocat a dit avoir appris qu’il y a eu un incident devant le tribunal de Rose-Hill, mardi, lors de la comparution de son client et que la police a dû intervenir. Le lendemain, Assad Peeroo a appris que Vishal Shibchurn avait fait une vidéo le lendemain dans laquelle « il a parlé de terroristes et a fait des insinuations diffamatoires et très graves à mon égard ». L’avocat estime que ces propos peuvent inciter à la haine communale. Assad Peeroo a rappelé qu’il est aussi l’avocat de Fardeen Okeeb, qui avait dénoncé Vishal Shibchurn dans une affaire d’agression avec préméditation.

Concernant l’enquête de la Major Crime Investigation Team (MCIT), l’interrogatoire des suspects pourrait se dérouler “under camera”. Ce développement intervient après que le frère de Yassin Meetoo a déposé une “precautionary measure” à la police, mercredi, dans laquelle il dit craindre pour la sécurité du suspect. Les enquêteurs veulent démontrer, à travers ce procédé, qu’il n’y a aucune pression exercée de leur part en ce qui concerne le déroulement de l’interrogatoire. Ainsi, une seule séance d’interrogatoire pour un suspect se déroulera à la MCIT, qui ne souhaite pas mener des interrogatoires simultanés dans ses locaux. Le but est de « compare notes » pour établir si les différentes versions correspondent car à ce stade, Yassin et Belal Meetoo, Noorudhin Bhollah, Muntasir Gokhool et Oomar Beeharry nient leur implication dans la fusillade du 20 janvier qui a coûté la vie à Manan Fakoo.

Plusieurs rendez-vous ont été fixés pour la semaine prochaine en ce qui concerne les différents interrogatoires. La police est aussi dans l’attente d’un premier rapport du Scene of Crime Office qui a examiné la moto de Noorudhin Bhollah et le camion de livraison de Yassin Meetoo. Ils ont prélevé des échantillons dans la corbeille du camion pour déterminer toute trace de pneu de moto à l’intérieur. Ce qui conforterait la thèse des enquêteurs que les deux suspects à moto qui avaient tiré sur Manan Fakoo ont caché l’engin dans le camion. Ainsi, les images des caméras de Safe City n’ont pu détecter la moto dans le périmètre de Beau-Bassin dans la soirée du 20 janvier.

Par ailleurs, les enquêteurs sont en présence d’informations concernant une réunion à laquelle aurait participé Yassin Meetoo et où les frasques de Manan Fakoo avaient été évoquées. Très peu de renseignements sont disponibles à la MCIT sur ce sujet.