Après Yassin Meetou, c’est au tour du suspect Multazaam Sadulla de pointer du doigt Muhammad Ajmal Aumeeruddy comme étant celui ayant tiré sur Manan Fakoo. Multazaam Sadulla avance ainsi qu’il faisait le guet seul dans un van rue Swami Dayanand, à Beau-Bassin, dans la soirée du 20 janvier, et que son « travail » consistait à alerter Ajmal Aumeeruddy par talkie-walkie aussitôt qu’il apercevrait le gros bras. Et c’est ce qui est arrivé. Voyant ainsi Fakoo sortir de chez lui et se diriger vers sa voiture, Multazaam Sadulla a immédiatement donné l’alerte, avant de quitter les lieux. Et donc, selon lui, sans assister à la fusillade.

Multazaam Sadulla explique qu’il s’est après cela rendu près d’un supermarché de la localité. Son cousin, Saif Sadulla, l’a ensuite rejoint, d’une part pour récupérer son van et, dans un deuxième temps, pour déposer Multazaam à Vallée-Pitot. Après la fusillade, Ajmal Aumeeruddy et Ajum Oomar Beeharry, qui étaient à moto, se sont, eux, dirigés vers Ébène, où les attendait Yassin Meetou, venu avec son camion. Ce dernier a alors mis la moto dans le poids lourd et a embarqué le duo avec lui à Vallée-Pitot. Après quoi ils sont partis dans un centre « pour un débriefing ».

Selon Multazaam Sadulla, Ajmal Aumeeruddy paraissait « content », ajoutant que ce dernier n’avait alors pas caché être le tireur. Le petit groupe aurait ensuite consulté les médias pour obtenir les dernières informations, avant de se mettre d’accord pour nier toute implication si la police réussissait malgré tout à les retrouver. Après quoi ils seraient rentrés chez eux. Multazaam Sadulla dit par ailleurs « ne rien savoir » sur l’arme du crime.

En outre, il n’a pas été en mesure de reconnaître Ajum Beeharry et Ajmal Aumeeruddy lors d’une parade d’identification aux Casernes centrales et ce, contrairement à Yassin Meetou, qui avait positivement identifié le duo. De son côté Ajmal Aumeeruddy a nié toute implication dans la fusillade et affirme qu’il se trouvait chez lui au moment des faits.
D’autre part, Multazaam Sadulla a dédouané ses cousins du crime. Il avance ainsi que la veille des coups de feu, il se trouvait dans le van avec Saif Sadulla, Mursalaat Sadulla et Anas Sadulla. Selon sa version, tous trois se seraient rendus chez un dealer de Beau Bassin pour se procurer de la drogue. C’est alors que deux hommes à moto auraient approché Multazaam, lui lançant : « Bizin desann Manan Toro ! »

Il avance par ailleurs que ses trois cousins n’étaient pas au courant du plan de la fusillade, ajoutant qu’il les utilisait pour leur soutirer des informations concernant Manan Fakoo, les cousins en question résidant en effet non loin de la victime. En outre, Noorudhin Bholah, propriétaire d’une moto saisie par la Major Crime Investigation Team, a affirmé avoir modifié son véhicule depuis plusieurs semaines et que la moto en question « ne peut transporter de passager ». Il a d’ailleurs invité les enquêteurs à essayer de monter sur sa moto pour confirmer ses propos. De fait, il affirme que sa moto n’a pas été utilisée lors de la fusillade. Noorudhin Bholah a en outre insisté sur le fait que son véhicule aurait été recouvert de poussières de bois, et non de résidus de balles, car il avait l’habitude, dit-il, de garer son véhicule non loin de l’atelier d’un menuisier.

L’enquête se poursuit pour établir les circonstances du meurtre de Manan Fakoo. À noter que la MCIT n’a pas accordé le statut de « Star Witness » à Yassin Meetou, ni même évoqué la question de l’immunité de ce dernier. Les Casernes centrales expliquent que ce genre de décision appartient au Directeur des poursuites publiques.