La Major Crime Investigation Team (MCIT) a arrêté hier un nouveau suspect dans le sillage du meurtre de Manan Fakoo. Saif Samah Sadoolah s’est en effet constitué prisonnier aux Casernes centrales dans l’après-midi, après avoir appris que la police était à sa recherche. Les enquêteurs disposent d’informations selon lesquelles le jeune homme, âgé d’une vingtaine d’années, aurait aidé des personnes à identifier la maison de Manan Fakoo, à Beau-Bassin.

Dans une première déclaration à la police, Saif Sadoolah a nié les accusations portées contre lui. Et d’ajouter qu’il « ne connaissait pas » les frères Meetoo, Yassin et Belal. Néanmoins, les enquêteurs disposent d’informations à l’effet que ce nouveau suspect aurait été aperçu à plusieurs reprises dans la région avant le 20 janvier. Un autre proche de Saif, Mooltasam Sadoolah, est lui aussi en détention. Ce dernier avance qu’il était bien à Beau-Bassin, car c’est l’endroit où il réside. Concernant sa présence devant le domicile de Manan Fakoo avant la fusillade, le suspect avance qu’il n’a fait que passer dans le quartier et dit ignorer que le gros bras résidait sur place.

Selon nos renseignements, la MCIT se heurte à un gros obstacle, n’ayant pu déterminer, à ce stade, quelles sont les deux personnes qui ont tiré sur Manan Fakoo. Depuis le début de l’enquête, elle a saisi pas moins de trois motos noires ressemblant à celle utilisée par les tireurs. Aucun témoin n’a pu confirmer avec certitude si une des motos est bien celle qui circulait, rue Martindale, Beau-Bassin, le 20 janvier.

De son côté, Yassin Meetoo a fourni un alibi à la police sur son emploi du temps le jour du meurtre. Il dit avoir quitté Port-Louis avec son camion pour livrer des bois pour un mariage à un client dans la région de Beau-Bassin. Il a expliqué son trajet et devait demander aux enquêteurs de vérifier les caméras de Safe City. Selon lui, son client « n’était pas présent » et, au lieu de retourner dans la capitale, il a préféré faire le tour dans la localité pour l’attendre. Aussitôt après avoir livré sa marchandise, il est retourné chez lui, à Vallée-Pitot, où il est parti assister à ses leçons religieuses.

À la fin de cette session, il a aperçu son frère Belal Meetoo qui sortait de la salle de sport. Les deux frères sont alors rentrés ensemble. La police a pris contact avec le client de Yassin Meetoo pour confirmer ces informations. Par ailleurs, le fils de Manan Fakoo avance qu’il a reçu des menaces par téléphone. Il a ainsi porté plainte à la Cybercrime Unit mercredi et n’a pas objecté à ce que la police passe au décryptage de son cellulaire.