Photo illustration
  • « Plaintiff avers that it is worth noting that the present security system prevailing at the prison is failing so much », écrit Chianah Ouvicha Permes dans sa plainte

Sept mois après le décès de Jean Caël Permes en prison, à La Bastille, sa veuve, Chianah Ouvicha Permes, avait déjà fait servir une mise en demeure, le 26 septembre dernier, à l’État, au CP et au Deputy Commissioner of prisons ainsi qu’aux surveillants Gowtam Ramtohul, Poopendra Ramkissoon, Beerajsing Jankee et Yuvnesh Sacanah, réclamant des dommages de Rs 75 M. La plaignante, convaincue que son époux a été battu à mort alors qu’il était en détention à La Bastille, demande que « justice soit faite ».

« Plaintiff vaers that the unjustified transfer of JCP from Beau-Bassin Prison to La Bastille Prison was a calculated intention made with malice and engineered by the Defendant no 2 with the complicity of his acolytes to punish JCP by using torture as a key form of custodial maltreatment and infliction of pain », peut-on lire dans la plainte. Ainsi, Chianah Ouvicha Permes souligne, dans le document, que son mari jouissait d’une bonne santé et n’avait aucun problème quelconque.

Elle relate, dans sa plainte, « les difficultés » rencontrées par Jean Caël Permes dès son arrestation et déplore la façon dont la police l’a traité dès le début. « Plaintiff further vaers that JCP has been subject to physical abuse, ill treatment, torture in the hands of the officials of the defendants No 1 and has been ill treated ».

Chianah Ouvicha Permes indique que, c’est quand elle était en route pour aller voir son époux, qu’elle avait appris que ce dernier avait été blessé. La veuve de Permes précise de plus qu’il n’y a « aucune donnée de transfert » dans les livres de la police et déplore aussi le fait que les surveillants, concernés par cette affaire et arrêtés sous une charge de meurtre, sont déjà en liberté conditionnelle. Elle réclame ainsi Rs 75 M de dommages pour le tort causé à sa famille. Les défendeurs devront se présenter en cour le 11 février 2021.

Le présumé dealer Jean Caël Permes, 29 ans, qui avait été retrouvé mort dans sa cellule, à la prison de La Bastille, à Phoenix, le 5 mai dernier, est décédé suite à une hémorragie due à de multiples blessures. C’est ce qu’avait conclu le rapport de l’autopsie pratiquée par le No 1 du département médico-légal, le Dr Sudesh Kumar Gungadin. Le prisonnier, qui se trouvait dans la cellule No 1 du bloc administratif de la prison, était à moitié nu et avait des ecchymoses sur le haut du corps et des blessures au coude droit. Il était déjà mort au moment de cette découverte macabre dans sa cellule.

Jean Caël Permes, était en détention provisoire depuis le 16 mars pour le délit allégué de Damaging Property et avait été transféré à la prison de Phoenix. Quatre gardiens de prison, affectés à la Correctional Emergency Response Team, avaient été arrêtés. Des traces de sang avaient été retrouvées dans le véhicule ayant été utilisé pour le transfert de la victime.