Le skipper Kinsley Bhawaneedin (24 ans) a une nouvelle fois été interrogé par le Central CID mardi sur les circonstances ayant mené au naufrage du hors-bord Prince à La Réunion, où des paquets de cigarettes de contrebande avaient été découverts sur les rivages de Saint-André le 16 juin. Le jeune homme a été emmené à l’Information and Technology Unit de la police mardi, où la police a examiné les appels qu’il a effectués entre le 15 et le 16 juin.

Le skipper avait déclaré qu’il était parti pêcher au Morne avec son ami Jean-Christopher Louis (24 ans) quand leur embarcation a eu une panne. Sauf que les enquêteurs ont noté qu’il n’a appelé personne dans la nuit du 15 juin pour solliciter de l’aide. Alors qu’un peu plus tôt, il s’est entretenu avec le propriétaire du bateau. Kinsley Bhawaneedin a rétorqué qu’il avait eu un problème de réseau la nuit. Sauf que le CCID a du mal à croire à sa version. Idem quant à ses explications sur la disparition de Jean-Christopher Louis en mer lorsque Prince s’est fracassé sur les rochers de Saint-André à l’île sœur. Kinsley Bhawaneedin a déclaré qu’il a perdu son compagnon lorsqu’il s’est jeté dans les eaux réunionnaises.

Dans la conjoncture actuelle, la police s’intéresse au propriétaire du bateau, un habitant de Palma, qui sera aussi convoqué sous peu. Comme beaucoup d’éléments mystérieux planent sur les circonstances entourant cette affaire, le CCID a objecté à la remise en liberté conditionnelle de Kinsley Bhawaneedin depuis son arrestation pour infraction à l’Immigration Act à la fin de septembre. Les enquêteurs soupçonnent que le skipper fait partie d’un réseau de contrebandiers opérant à Maurice, écoulant des cigarettes et d’autres produits illicites à l’île de La Réunion.

Le skipper a aussi gardé le silence sur son escapade de cinq jours à La Réunion lorsque Prince a fait naufrage. Il a prétendu qu’il a dormi dans la rue de Saint-André et mendié pour avoir de la nourriture, au lieu de se tourner vers les autorités dans les plus brefs délais pour chercher de l’aide. Comme ses explications sont jugées peu satisfaisantes, le CCID compte l’interroger à nouveau pour tirer cette affaire au clair.

Pour rappel, les riverains à Saint-André avaient alerté la gendarmerie réunionnaise le 16 juin après avoir découvert des paquets de cigarettes, des substances en forme de carré de couleur blanche soupçonnées d’être de la drogue, et le hors-bord Prince sur les rochers. Entre-temps, les proches des deux Mauriciens avaient porté plainte à la police et signalé leur disparition sur un bateau ressemblant à celui retrouvé à La Réunion. Cinq jours plus tard, Kinsley Bhawaneedin s’est constitué prisonnier et il a déclaré que son ami aurait été emporté par les vagues. Il a été rapatrié à Maurice trois mois plus tard à cause de la fermeture de nos frontières. Finalement, le CCID l’a arrêté à sa sortie en quarantaine le 30 septembre et il demeure en détention préventive.