L’épouse d’un membre d’équipage d’Air Mauritius n’a eu d’autre choix que de rapporter ce dernier à la police pour non-respect du protocole sanitaire exigeant son auto-isolement après avoir été de service à bord d’un vol rentré au pays le 11 octobre dernier en provenance de Paris. Dans une “precautionary measure” consignée au poste de police de Trou-d’Eau-Douce samedi dernier, cette mère de deux enfants affirme que son époux n’a pas respecté les conditions sanitaires préconisées, selon le règlement du ministère de la Santé.

Selon elle, son époux a enfreint l’auto-isolement recommandé et a même déposé ses enfants à l’école malgré le fait qu’elle ait tenté de l’en empêcher. La quadragénaire avance également que son mari est parti voir des amis et a aussi accompagné leur fils chez un dentiste à Quatre-Bornes alors qu’il devait observer la période d’isolement. Elle soutient également qu’à un certain moment, son mari est tombé malade et qu’il est parti se faire soigner à l’hôpital de Flacq avec des médicaments prescrits pour une infection à la gorge et de la fièvre. Elle affirme également que des préposés de la Santé sont venus s’enquérir de l’état de santé de son mari, ont fait des tests sur sa personne et ont observé qu’il avait fait fi des règles d’auto-isolement.

Selon l’épouse du membre du personnel navigant de la compagnie d’aviation nationale, elle craint que son époux puisse mettre sa famille ainsi que la population mauricienne à risque dans la conjoncture face au coronavirus. Elle s’est rendue au poste de police de Trou-d’Eau-Douce samedi dernier alors que son mari s’est envolé pour l’Inde pour cette déclaration préventive. Les autorités sanitaires ont visiblement réagi face à la déclaration de l’épouse de ce membre d’équipage et ce dernier a été placé en quarantaine à l’hôtel Holiday Inn à son retour au pays. Un exercice de “contact tracing” a été lancé afin de retracer les personnes avec qui il a été en contact.