Une dispute familiale ayant éclaté dimanche à Pailles, concernant la garde d’une fillette de cinq mois, a failli avoir de graves conséquences, le bébé étant en effet tombé sur le sol après avoir échappé des mains de son oncle, mineur d’âge. Le cas a été rapporté à la police par une retraitée (74 ans). Celle-ci a expliqué qu’elle faisait sa prière, dimanche à la mi-journée, lorsqu’elle a entendu l’épouse de son petit-fils (28 ans) qui « hurlait à son bébé ».

Elle dit avoir entendu la jeune mère crier : « Ayo mo pe ale la mwa, mo pa kapav get twa. To pa oule bwar medsinn. » La septuagénaire dit être partie s’enquérir de la situation. Elle a alors vu la mère en colère prendre sa voiture pour partir, laissant derrière elle la fillette dans la maison. La retraitée dit avoir temporairement pris soin de l’enfant, car son petit-fils était absent, mais que la jeune femme est revenue vers 16h accompagnée de membres de sa famille. Dans sa déposition, la plaignante avance que ces derniers « étaient agressifs », l’un d’eux lançant même : « Nou pa finn vinn-la pu koze. Donn nou piti-la nou ale ! »
La septuagénaire leur aurait cependant fait comprendre que son petit-fils n’étant pas à la maison, il serait mieux d’attendre son retour pour en discuter. Entre-temps, la fillette se trouvait dans les bras de son autre petit-fils, âgé de 16 ans. Mais à un moment donné, explique-t-elle, la situation a dégénéré davantage et quelqu’un a voulu prendre de force le bébé des mains de l’adolescent. Ce faisant, l’enfant a échappé des mains du jeune homme et est tombé sur le sol.

La retraitée pense que l’enfant n’a probablement pas été gravement blessé, mais dit qu’elle ne peut en être sûre, car les proches de la jeune femme ont pris l’enfant avec eux. La septuagénaire a dit à la police qu’elle a reçu des coups au cours de cette dispute et qu’elle aurait même perdu connaissance. La police lui a remis un formulaire 58 et la vieille dame s’est rendue dans un centre de santé.

Les enquêteurs comptent rechercher la version des autres protagonistes dans cette affaire avant de décider de la marche à suivre. Tout d’abord, ils souhaitent s’assurer que le nourrisson se porte bien. Une enquête pour “wounds and blows” a été initiée par rapport à l’agression dont la septuagénaire aurait été victime, alors qu’une autre enquête, pour “child illtreatment” cette fois, n’est pas à écarter.