Les suspects proposent la drogue à Rs 450 000, soit trois fois moins cher que sa valeur marchande

Trois suspects ayant tenté de vendre 100 g d’héroïne à deux officiers en civil de l’Adsu ont été arrêtés mercredi dernier. Ces habitants du nord avaient réclamé Rs 450 000 aux policiers en échange de la drogue, alors que la valeur marchande de celle-ci est de Rs 1,5 M.
L’équipe du sergent Mohun avait en effet appris que Mathieu Nicky Pierre Louis (25 ans), résidant Cité St-Claire, dealait de la drogue sur le parking d’une station-service de Pamplemousses. Aussi, les policiers ont entrepris de rentrer en contact avec lui, en se faisant passer pour des clients. Une opération a ensuite été montée dans l’après-midi sur ledit parking. Deux constables ont alors pris place dans un véhicule commun, pour ne pas éveiller les soupçons des dealers présumés.
À l’heure du rendez-vous, une Kia Picanto de couleur grise est entrée dans le parking. À bord se trouvaient trois occupants. Un certain Mathieu Pierre Louis est alors descendu pour rencontrer ses « clients ». Les policiers en civil ont ensuite expliqué au jeune homme qu’ils cherchaient une quantité importante d’héroïne afin de la revendre. Ce à quoi le suspect leur a lancé : « Mo ena 100 gram lapoud la. Si zot dakor pou pran tou, mo kapav larg sa pou Rs 450 000. ».

Se disant satisfait du deal, les policiers ont alors montré au jeune homme des liasses de billets, témoignant ainsi qu’ils étaient prêts à faire la transaction. Après que le suspect ait fait signe à ses complices que l’affaire était conclue, le conducteur de la Kia, David Martial Petit (37 ans), a remis un paquet au troisième suspect, Didier Domingue Pierre Louis (30 ans), qui est ensuite sorti de la voiture pour rejoindre le premier suspect. Après quoi tous deux ont pris place dans le véhicule des policiers. Pendant ce temps, David Petit est parti dans une rue adjacente attendre la fin de la transaction.
Mathieu Pierre Louis a alors sorti un paquet contenant une poudre blanche, lançant à ses « clients » : « Ala parsel 100 gram eroin ! » Aussitôt, les deux policiers lui ont attrapé les mains tout en révélant leur véritable identité. Des collègues, qui attendaient non loin, sont ensuite sortis de leur cachette pour leur prêter main-forte. Mathieu Pierre Louis a alors déclaré : « Nou pa ti kone lapolis sa. Nou ti pou gagn Rs 10 000 saken kan fini vann sa eroin-la ! »

Didier Pierre Louis, lui, semblait déconcerté par les propos de son complice, ajoutant aussitôt : « Nicky ti dir mwa li pou donn mwa zis Rs 1 000 kan fini vann sa eroin-la. » La police a ensuite fouillé les deux hommes, sans rien trouvé de suspect. Au même instant, des officiers de l’Adsu sont partis dans la rue adjacente, où ils ont arrêté David Petit, qui attendait patiemment derrière le volant. Sur lui aussi, la police n’a trouvé aucune trace de drogue.

Cet habitant de Grand-Baie a toutefois déclaré qu’il s’était procuré l’héroïne auprès d’un trafiquant d’un faubourg de la capitale, et qu’il aurait eu une commission sur la vente.
La police tente d’établir l’identité du trafiquant, malgré le fait que David Petit ait gardé le silence. Après leur arrestation, les suspects ont été conduits aux Casernes centrales puis placés en détention. Ils ont été inculpés de trafic de drogue en cour jeudi. De son côté, la police estime qu’avec la restriction de mouvements dans le pays, les trafiquants n’arrivent plus à écouler leur marchandise et préfèrent vendre leur drogue trois ou quatre fois moins cher que d’ordinaire. L’enquête a été placée sous la supervision de l’ASP Jankee.