Yajesh Oogur, dit Ronron, et Nevill Jumungall accompagnés de leurs avocats

Yajesh Oogur, dit Ronron, proche de Kushraj Lutchigadoo, impliqué dans un cas d’agression sanglant à Trèfles en novembre 2018

Yajesh Oogur, dit Ronron, et Nevill Jumungall ont été interrogés “under warning” hier au QG du Central CID dans l’enquête sur l’agression et la séquestration de Fardeen Okeeb à Petit-Raffray, le 7 janvier. C’est le suspect et voisin de Manan Fakoo, Vivek Ramphul, qui a révélé leurs noms lors d’un interrogatoire serré par l’équipe du chef inspecteur Roland Dabeesing.

« Mo pou kapav idantifie zot, mem avek enn mask lor zot figir parski mo konn zot tre bien. » De son côté, l’interrogatoire de Vishal Shibchurn s’est déroulé à l’Information and Technology Unit de la police où il a été confronté à des appels téléphoniques qu’il a faits aux membres d’une bande. Tous les protagonistes ont été relâchés à ce stade de l’enquête.

Dans sa version des faits, Yajesh Oogur (27 ans) a nié toute implication dans cette agression et dit ne pas connaître personnellement Fardeen Okeeb. Et d’ajouter avoir visionné un clip sur le réseau social où l’habitant de Petit-Raffray a tenu des propos à caractère communal. Ronron a déclaré qu’il ne s’est pas rendu chez Fardeen Okeeb tout en fournissant un alibi. Les enquêteurs ont saisi son portable qui sera analysé sous peu. Ils veulent établir l’auteur de la bande-vidéo se déroulant dans un champ de cannes dans laquelle Fardeen Okeeb a été obligé de s’excuser pour ses propos et par la suite, il s’est fait lyncher.

Ronron n’est pas un inconnu de la police, ayant été arrêté en novembre 2018 pour le meurtre du commerçant Girishan Mohabeer (25 ans), à Trèfles. Yajesh Oogur et sa bande d’ami avaient assené des coups de sabre au jeune homme et l’ont même menacé avec une arme à feu. Cette agression aurait pour toile de fond un règlement de comptes lié à une affaire de drogue. D’ailleurs en mai de l’année dernière, Ronron, connu pour sa proximité avec Kusraj Lutchigadoo, s’est fait épingler par une équipe de l’Anti Drug and Smuggling Unit de Curepipe en mai de l’année dernière avec de la drogue synthétique d’une valeur de Rs 320 000. Le suspect est actuellement en liberté conditionnelle dans cette affaire. De son côté, Nevill Jumungall a lui aussi nié toute implication dans cette agression. Lui aussi a été « allowed to go » à ce stade de l’enquête après avoir fourni un alibi.

Vishal Shibchurn a été interrogé pour la troisième fois hier où son portable a été passé au décryptage. La police a voulu des éclaircissements sur les appels qu’il a effectués le 7 janvier. Il a une nouvelle fois insisté qu’il était chez lui à Saint-Hubert. Sauf que le suspect Vivek Ramphul a soutenu qu’il a reconnu sa voix lorsque la bande a passé à tabac Fardeen Okeeb. « A enn moman kan Manan Fakoo dir aret bate, enn diskisyon ti leve. Monn tann Vishal (Shibchurn) dir aret bate. Mo finn rekonet li par so lavwa. » Tout comme Nevill Jumungall et Yajesh Oogur, Vishal Shibchurn devra revenir au CCID la semaine prochaine pour poursuivre son interrogatoire.