Le chanteur James Phanel Perrine (21 ans), alias Lionkilla, a été arrêté par l’ADSU dimanche pour trafic de drogue. L’équipe de l’inspecteur Azor, sous la supervision du chef inspecteur Jagai, de l’Adsu de Rose-Hill, était en effet sur sa piste depuis plusieurs
semaines, ayant appris que le suspect fournissait de la drogue synthétique dans certaines régions de Quatre-Bornes.

Ces trois derniers jours, les enquêteurs ont donc discrètement suivi ses mouvements, de jour comme de nuit. C’est ainsi que les policiers, munis d’un mandat, ont débarqué dimanche au domicile du suspect, route Bassin, Quatre-Bornes. La fouille s’est déroulée en présence du chanteur. La police est alors tombée sur plusieurs sacs en plastique renfermant une importante quantité de drogue synthétique, et dont le jeune homme a aussitôt dit ignorer la présence.

Les hommes de l’ADSU ont cependant aussi découvert 23 doses de cette même drogue déjà préparées et destinées à la vente, ainsi que du papier aluminium, une paire de ciseaux et une balance électronique. La police soupçonne de fait que Lionkilla recevait de la drogue « en gros » et qu’il était chargé d’en faire des parcelles avant de faire parvenir ces dernières aux dealers pour la vente sur le terrain.

La police a aussi inspecté un terrain en friche sis à côté de la maison du chanteur, sans toutefois rien noter de suspect. Le chanteur de La vie mariage a été emmené au bureau de l’ADSU, de même que la drogue saisie, pour un exercice de pesée. Ainsi, au final, c’est près de 1,1 kg de drogue synthétique, d’une valeur marchande de quelque Rs 6 millions, qui aura été saisie. La drogue a ensuite été mise sous scellé, alors que le suspect était une nouvelle fois interrogé sur la provenance de la drogue. Le chanteur a préféré rester silencieux et a été placé en détention. Il est attendu au tribunal de Rose-Hill ce lundi pour son inculpation provisoire.

Le suspect n’était pas jusque-là fiché par les forces de l’ordre. Le chanteur opère principalement dans les boîtes de nuit, surtout sur le littoral ouest. Avec le dernier confinement et les restrictions sanitaires, il s’était retrouvé au chômage technique.