Le rallye contre la vie chère, le 6 août dernier

La Platform kont ogmantasion pri prévoit un recours au juge en chambre

Après le succès du rallye contre la vie chère, le 6 août dernier, la plateforme mise en place par l’Association des Consommateurs de l’île Maurice avait prévu une nouvelle manifestation dans la capitale, ce vendredi 27 août. Toutefois, la police a imposé des conditions, dont une modification de l’itinéraire proposé. Ce que la plateforme compte contester en Cour.

Ce deuxième rallye devait se tenir trois semaines seulement après le premier, tenu le 6 août et qui a connu un grand succès. Selon Jayen Chellum, secrétaire général de l’ACIM, à la base de la mise sur pied de la plateforme, la police a répondu à leur demande, plus de 48 heures après la demande. Soit, en dehors des paramètres de la loi. Ce qui pousse à plateforme à envisager le recours au juge en chambre, tel que prévu par la Public Gathering Act. « La police nous a demandé de changer notre itinéraire, ce que la plateforme juge inacceptable. De plus, elle a dépassé les 48 heures prévues. »

De son côté, l’universitaire Rajen Narsinghen regrette qu’après le premier rallye, les autorités n’ont pas réagi, en invitant les associations des consommateurs à la table des discussions. Selon lui, le gouvernement a ignoré la voix des Mauriciens, qui sont en train de souffrir en raison de la vie chère.

La plateforme ne compte pas baisser les bras pour autant. D’autres actions suivront, ont prévenu les animateurs de la plateforme. Rappelons que celle-ci conteste la taxe de Rs 2 sur le carburant pour l’achat de vaccin. La plateforme estime que le ministère de la Santé a le budget suffisant pour cela. De plus, elle a obtenu Rs 2 Mds de plus, comparé à la précédente année financière. La plateforme réclame également un meilleur contrôle des prix, avec une marge de profit déterminée pour les commerçants et les importateurs, en vue de mettre fin aux abus.