«  Nous travaillons pro bono, et eux pro-bouto  ». C’est ce qu’a lancé Roshi Bhadain aux avocats proches du pouvoir qui critiquent le travail du panel d’avocats représentant la famille de feu Soopramanien Kistnen, surnommé “l’équipe Avengers”. Toute l’équipe s’est réunie hier pour un point de presse présidé par Rama Valayden afin de faire le bilan de l’enquête judiciaire dont les travaux ont été ajournés au 15 janvier. Quelques nouvelles pistes ont également été révélées, notamment le déroulé de sa journée du mercredi 14 octobre ainsi qu’une voiture rouge retrouvée et qui pourrait avoir un lien avec cette affaire.
«  Il s’agit d’une première victoire, car nou’nn kapav tir enn Case Suicide pou démontre ki li enn case Murder  », a déclaré Rama Valayden, entouré de Me Roshi Bhadain, Sanjeev Teeluckdharry, Anoup Goodary, Rouben Mooroongapillay, Cliff Grenade et Shahzaad Mungroo. Ce dernier a ainsi déclaré que l’enquête continue malgré les critiques et l’ajournement des travaux, afin de faire la lumière sur ce « crime sanguinaire. » Rama Valayden a aussi rappelé «  les dangers qui existent autour de ceux qui nous aident et que la seule façon d’éviter les problèmes est de s’exposer au public.   »

Par ailleurs, lors de la conférence de presse, Rama Valayden a déclaré qu’il est «  inacceptable que quelqu’un lié à un crime sanguinaire puisse rester au Parlement.  » Et a précisé que même si d’un accord commun personne n’a participé au Candlelight organisé à Moka par l’opposition, les avocats du panel n’hésiteront pas à faire une grève de la faim pour que justice soit faite. En outre, Rama Valayden a fourni deux nouvelles pistes qui sont, selon lui, liées à l’affaire Kistnen. Il soutient, photo à l’appui, qu’une voiture rouge a été retrouvée et qu’elle est actuellement entre les mains de casseurs, et que malgré le fait que la police et les enquêteurs aient été alertés, rien n’a été fait jusqu’à présent. « Nous, nous sommes les acteurs, les enquêteurs, eux, ils sont les menteurs et les malfaiteurs. Pourquoi la police n’a pas encore agi ? », a-t-il lancé à ceux qui, selon lui, tentent d’étouffer l’affaire, en n’agissant pas en faveur de l’élucidation de l’enquête. « Ils ne veulent pas trouver les coupables », a-t-il lancé.

«  Tou politiciens mafia,
nou pou tir zot kalson !   »

Autre élément clé : les avocats pourraient retracer, avec l’aide d’une personne, toute la journée du 14 octobre de Soopramanien Kistnen. Un élément essentiel pour ces derniers qui sont persuadés de se rapprocher de plus en plus de la vérité. L’équipe Avengers, soit le surnom donné au panel d’avocats, lance ainsi un appel à la population pour les aider et les soutenir. «  Revey zot  !   » a dans cette optique urgé Roshi Bhadain. Engagé personnellement dans cette affaire — mettant de côté son appartenance politique, a-t-il précisé —, Roshi Bhadain a rappelé l’importance de communiquer avec la population. « On communique avec la presse pour informer le public pour que ce dernier sache quelle mafia est en train de rouler le pays », a-t-il avancé. « Pour moi, on a affaire à un cas de Murder », a-t-il dit catégorique.

Par ailleurs, par le biais de cette affaire, Roshi Bhadain a dénoncé « tout un système qui opère. » Ses conclusions pour l’heure se résument ainsi en quatre niveaux : « Le premier niveau concerne ces proches du pouvoir, le deuxième ceux qui ont des connexions avec ces proches, le troisième les agents et chefs agents qui veulent eux aussi avoir une partie du pactole et le quatrième niveau c’est toutes ces personnes qui tuent. Donc, du plus haut sommet de l’État jusqu’au businessman et au travayer lor koltar. » Pour lui, ce cas « symbolise la pourriture de la société mauricienne. C’est tout un système qu’il faut changer. » Il a également précisé que l’équipe des Avengers n’a aucun agenda politique et a lancé que « tou politiciens mafia, nou pou tir zot kalson.   »

«  Trafic d’influence et instructions
to commit murder  »

Sanjeev Teeluckdharry a lui aussi vertement critiqué les détracteurs du panel d’avocats, rappelant par la même occasion qu’il n’a aucune affiliation politique. Il s’est dit navré de la tournure des choses de l’enquête de la police qu’il a qualifiée d « kwi-vide ». « Comment un officier de la MCIT peut-il demander à monsieur Arian de dire que Kistnen était avec lui le jour du drame ? » s’est-il insurgé. Il s’est aussi interrogé sur la mort « suspecte  » de ce Procurement Officer ou encore de la jeune employée au bureau du Premier ministre. « On a affaire à une mafia politico-financée qui liquide des gens sur le point de dénoncer certaines choses », a-t-il dit. Il a ainsi dénoncé l’omerta sur cette affaire et a soutenu qu’il y a, dans cette affaire, «  trafic d’influence et instructions to commit murder.   »

Rouben Mooroongapillay a, pour sa part, tiré à boulets rouges sur le ministre Joe Lesjongard. Reprenant les dires de ce dernier, Rouben Mooroongapillay a ainsi trouvé « inacceptable et regrettable qu’un proche agent du MSM ait ainsi été traité, ou encore que la police ait fait un tel travail. » Toujours sur le ton de l’ironie, il a tenu à répondre à ses détracteurs et a déclaré que l’équipe des Avengers est avant tout « des avocats pour la vérité. » Anoop Goodary a lui rappelé les raisons pour lesquelles ce panel d’avocats a voulu s’engager dans cette affaire. « C’est notre devoir envers la société, mais aussi pour servir le pays. » Il a ainsi précisé que tous travaillent selon la loi et selon le code éthique de leur profession.

Par ailleurs, Cliff Grenade a lui avancé que l’équipe Avengers a le soutien de la diaspora mauricienne et que dans les jours à venir, des rencontres auront lieu via Zoom avec des avocats d’autres pays qui leur donneront un coup de main dans cette affaire. Shahzaad Mungroo a remercié la magistrate qui «  fait un travail formidable de même que le DPP. » Il a ainsi affirmé que ce n’est pas que pour la famille que cette équipe travaille d’arrache-pied, mais aussi pour le pays. « Et tous les jours, il y a des révélations et l’on se rapproche de la vérité. »