– Le procès fixé en juillet 2021 pour des débats sur la plainte

Navin Ramgoolam réclame des dommages de Rs 225 M conjointement à l’État, au commissaire de police et à l’ACP Heman Jangi, concernant le traitement subi depuis son arrestation le 6 février 2015. Une affaire référée au Master’s Court depuis 2018 et qui n’a pas encore été prise sur le fond en raison des échanges d’affidavits qui se poursuivent. Navin Ramgoolam devait apporter des amendements à sa plainte initiale et désormais, les débats ont été fixés en juillet 2021.

Dans sa plainte, l’ancien Premier ministre revient sur l’épisode de son arrestation par le CCID, survenue le 6 février 2015 à la suite de la perquisition de son domicile, à Riverwalk, et à la saisie de ses coffres-forts. Navin Ramgoolam évoque également les arrestations qui se sont succédé après celle du 6 février et estime que cette situation lui a porté « d’énormes préjudices ». Il évoque une « démarche politique » visant à nuire à sa réputation et à le « détruire politiquement ». Navin Ramgoolam réclame ainsi Rs 25 M de dommages pour chacune des neuf accusations retenues contre lui et qui ont été rayées, ce qui porte la somme à Rs 225 M. L’ancien Premier ministre a fait ressortir qu’il avait été oppressé, torturé et détenu inutilement au Moka Detention Center et qu’il faisait aussi face à une interdiction de voyager, ce qui l’a privé de son droit à la liberté de mouvement. Il avance alors avoir été traité « like an habitual criminal and subjected to ignominious and purposefully degrading and humiliating treatment ». Il déplore de plus le fait que « no reasonable institution/person in a soverign democratic state would have lodged or caused to be lodged a provisional case against a citizen when there was no evidence, let alone provisionally charge, arrest and deprive that citizen of his right of free movement and this from the very start when there was no reasonable nor probable cause to do so ».
Dans le cadre de cette affaire, l’État avait aussi été appelé à fournir plus de précisions à la requête de Navin Ramgoolam sur l’argent qui avait été saisi dans ses coffres-forts. L’État a ainsi dressé la liste des sommes d’argent en roupies et en devises étrangères saisies, notamment Rs 100 833 863,32, USD 3 140 938, 46 191,14 en livre sterling et 515 783,19 en euro. Dans cette affaire devant la Master’s Court qui sera appelée en juillet 2021 pour des débats, Navin Ramgoolam est représenté par Me Gavin Glover, SC, et le Senior Attorney Booneshwar Sewraj.