Sandeep Appadoo (53 ans), très proche d’une VVIP politique de l’Hôtel du Gouvernement, et Mohamed Imraan Muthy (59 ans) demeurent en détention préventive après leur comparution en justice hier. Le premier nommé fait face à une accusation provisoire de “forgery” alors que le second a été inculpé sous une charge provisoire de “unlawful possession of Indentity card not belonging to him”. La police estime que plusieurs personnes sont impliquées, car le duo n’a pas la logistique nécessaire pour fabriquer les fausses cartes.

L’équipe de l’ASP Jankee soupçonne que le duo utilisait les fausses cartes pour s’approprier les biens immobiliers des personnes déjà décédées au nom de leurs clients. Selon nos renseignements, il se pourrait que le dossier soit confié au CCID ou à la CID de la Western Division alors que c’est l’ADSU de Rose-Hill qui a procédé à ces premières arrestations. À ce stade, le duo n’a donné aucune explication avec son interrogatoire qui est toujours “pending”. Une source au sein de l’ADSU de Rose-Hill avance que cette enquête pourrait impliquer des arpenteurs et des avoués véreux. D’ailleurs, Sandeep Appadoo n’est pas un inconnu de la police, ayant été condamné dans une affaire d’entente délictueuse. Il était proche d’un notaire controversé.

Pour rappel, c’est mercredi que l’ADSU a perquisitionné la maison de Sandeep Appadoo, à Belle-Étoile, Coromandel, où elle est tombée sur quatre fausses cartes d’identité et trois tampons, dont deux avec les inscriptions d’un notaire. La police a embarqué le suspect pour son bureau, rue St-Denis, à Port-Louis, où elle a saisi deux “pendrives”. Ces appareils seront examinés en vue d’obtenir des informations pouvant faire avancer l’enquête.
Entre-temps, une autre équipe de l’ADSU a fouillé le domicile d’Imraan Muthy, qui était en possession d’une “expedition” de dépôt, d’une procuration d’une Mauricienne résidant au Royaume-Uni, d’une copie d’un acte de décès, des actes de naissance de trois personnes, un plan conforme à la Registration Duty Act d’un terrain, d’un deuxième plan dont la “surveyance” a été effectuée par une société d’arpentage et d’un acte de vente au nom d’une personne décédée.

Le suspect a expliqué avoir agi sous les instructions de Sandeep Appadoo. La police a ensuite fouillé son bureau, rue sir William Newton, à Port-Louis, pour saisir une copie d’un passeport et d’une carte d’identité avec deux noms différents, mais avec le visage de la même personne. Et aussi, une carte d’identité originale et une copie d’un acte de naissance.