L’affaire fait grand bruit à Rodrigues depuis lundi. Des plants de gandia ont en effet été découverts dans la région de Jean Tac, Terre-Rouge, sur un terrain occupé par… la Special Mobile Force (SMF), dont la majorité des membres sont des Mauriciens postés temporairement à Rodrigues.

L’équipe du sergent Perrine, de l’Adsu de Port-Mathurin, avait en effet appris que des activités liées à la drogue se déroulaient à Terre-Rouge. Les policiers ont alors passé au peigne fin un terrain forestier, sans rien trouvé de suspect. La source des informations étant jugée fiable, l’Adsu s’est de fait présentée au SMF Compound, qui se trouve près du terrain en question. L’équipe d’enquêteurs a alors demandé la permission à un inspecteur de cette unité d’effectuer une fouille.

Les lieux étant boisés, les policiers ont pris plus de quatre heures pour en inspecter chaque recoin. Leur persévérance s’est avérée payante puisque le constable Samoisy est tombé sur 25 plants de cannabis mesurant entre 5 et 50 cm, représentant un poids de 112 g. Les plants étaient cultivés dans un récipient en plastique et soigneusement cachés dans des buissons. L’Adsu a également retrouvé 16 graines de cannabis.

Le Scene of Crime Office a été appelé sur place pour les procédures d’usage. Après quoi la drogue a été emmenée à Port-Mathurin. L’Adsu de Rodrigues soupçonne que la drogue aurait été cultivée par un ou plusieurs policier(s). L’endroit est en effet fermé au public, seuls des éléments de la SMF ou des personnes munies d’une permission spéciale pouvant dès lors y avoir accès. À ce stade, les enquêteurs ne soupçonnent personne en particulier. Les Casernes centrales ont été informées de ce cas de “cultivating cannabis”. L’enquête se poursuit.