Photo illustration

– Une étudiante de 18 ans balance les noms de cinq suspects, inculpés sous diverses charges, à savoir « Rape », ‘Sodomy », « Dealing in obscene matters » et « causing child to be sexually abused »

– Une équipe de la Cybercrime Unit éventuellement dépêchée dans l’île pour examiner les différentes pièces à conviction saisies

La Criminal Investigation Division (CID) de Port-Mathurin, Rodrigues, a démantelé un réseau de pédo-pornographie et de prostitution infantile durant la semaine écoulée. Cinq suspects sont actuellement sous les verrous et d’autres arrestations devront intervenir dans les jours à venir. Cette affaire a éclaté après qu’un cameraman (25 ans) s’est rendu à la police pour rapporter le vol de son téléphone cellulaire en désignant une jeune fille de 18 ans soupçonnée d’être l’auteure du délit. La police a débarqué chez elle et devait récupérer l’appareil. Mais cette intervention allait avoir un troublant effet domino.

À la police venue l’interroger, l’étudiante de 18 ans a déclaré qu’elle avait pris le cellulaire pour effacer des vidéos d’elle. En visionnant le téléphone portable, les limiers étaient stupéfaits de prendre connaissance des clips à caractère pornographique impliquant des jeunes filles rodriguaises, dont la plaignante. Sur l’une d’elles, cette dernière était en pleins ébats avec le cameraman en question…

Interrogée à ce sujet, l’étudiante a déballé son histoire, avançant que le suspect l’a contrainte à s’engager dans des relations sexuelles avec elle à deux reprises en mai et en juillet dans un bois à St-Gabriel et sur la plage de Pointe-Coton respectivement. Et d’ajouter qu’elle ignorait qu’elle se faisait filmer. Elle avance que le jeune homme lui a proposé de l’argent pour coucher avec elle, mais elle ignorait que leur acte allait faire l’objet d’un enregistrement. Elle a été placée à l’hôpital de Crève-Coeur après sa déposition.

Par la suite, la police a découvert d’autres vidéos d’autres personnes dans l’île en pleins ébats avec de jeunes filles, dont des mineures. Très vite, les soupçons s’orientent vers le cameraman, qui serait le présumé cerveau du réseau. Ce serait ce dernier qui enregistrait ces vidéos avec sa caméra où il a invité les victimes à avoir des relations sexuelles avec des hommes contre de l’argent. La police soupçonne qu’il postait alors les vidéos sur les réseaux de pédo-pornographie.

L’étudiante de 18 ans, elle, poursuivant son récit, avance qu’elle a été abusée sexuellement par un suspect de 21 ans près d’un terrain de sport à Malabar. Et de faire ressortir que cette scène a été filmée par le cameraman. Dans ce contexte, elle a balancé plusieurs noms aux enquêteurs.

Dans le courant de la semaine écoulée, les limiers ont arrêté cinq suspects dont certains ont abusé des mineures. La police a aussi perquisitionné leurs domiciles où ils ont mis la main sur des vidéos pornographiques locales. Ils ont été inculpés sous diverses charges à savoir « Rape », ‘Sodomy », « Dealing in obscene matters » et « causing child to be sexually abused ». Ils sont tous en détention préventive.

La CID à Rodrigues cherche à établir l’identité des autres victimes pour monter un dossier solide contre ce réseau. Il n’est pas exclu qu’une équipe de la Cybercrime unit soit dépêchée dans l’île pour examiner les différentes pièces à conviction saisies. Le Central CID à Maurice suit cette affaire de près.