Deux constables ont été entendus par l’Independent Commission against Corruption (ICAC) dans le sillage de la saisie de Rs 625 000 chez un cambiste marron à d’Epinay en mai, où seulement Rs 332 900 lui avait été restituées par l’équipe de la Landing Step No 7 de l’Anti Drug and Smuggling Unit (Adsu).

Les deux policiers ont confirmé aux enquêteurs que le 22 mai, le sergent Armance leur aurait dit qu’il y aurait une descente chez un dénommé Ajay à Ilot Branch Road, ayant en effet reçu des informations à l’effet que ce dernier serait impliqué dans une activité illégale. Les deux policiers ont expliqué qu’une fois sur place, ils n’ont trouvé aucune drogue, mais seulement des billets de banque. Cependant, ils n’ont pas été en mesure de confirmer la somme saisie, étant donné que cette tâche revenait à d’autres officiers.

Ils disent avoir surveillé la maison pour empêcher toute personne non autorisée d’y avoir accès. Par la suite, ils sont retournés aux Casernes centrales avec l’argent. Néanmoins, ils disent ne pas avoir eu la responsabilité de “register” les pièces à conviction dans le Diary Book. Cette tâche a été confiée à la Woman Police Constable (WPC) Alphonse. Après leur interrogatoire, les deux policiers ont été autorisés à partir. L’ICAC a convoqué deux autres policiers de cette équipe pour interrogatoire. Les enquêteurs n’écartent pas d’autres arrestations bientôt.

Le sergent Armance et la WPC Alphonse font l’objet d’une accusation provisoire de “public official using office for a gratification”. L’ICAC leur reproche d’avoir fait une fausse entrée dans le Diary Book de l’Adsu sur une opération menée chez ce cambiste marron en déclarant Rs 332 900 comme “exhibit”, et ce, alors que Rs 292 100 n’ont pas été répertoriées ou rendues au propriétaire.

Le cambiste a saisi l’ICAC pour demander l’ouverture d’une enquête après s’être plaint auprès d’un haut gradé de l’Adsu sur cet incident. L’ICAC soupçonne que ce serait le sergent Armance, supervisant l’opération, qui aurait donné des instructions à ses subordonnés pour sous-évaluer la somme saisie, et ce afin d’empocher le reste.

Parallèlement, une enquête similaire est menée par l’équipe de Navin Beekarry concernant la saisie de Rs 9,5 M en devises dans une agence de voyages en juillet, et où seulement Rs 5 M avaient été restituées à la directrice. La Landing Step était également derrière cette opération.