Mes Rama Valayden et Sanjeev Teeluckdharry, les avocats de Ritesh Gurroby, sont catégoriques : leur client n’est qu’un bouc émissaire dans le cadre de cette saisie de 243 kg d’héroïne et de 26 kg de haschich à Pointe-aux-Canonniers dimanche dernier. Selon eux, pour une telle quantité de drogue dans le pays, « c’est sans doute l’œuvre d’un cartel international ». Aussi les hommes de loi demandent-ils que l’enquête se fasse « de manière objective », disant en effet craindre un « big cover-up ».

Me Valayden a brossé un tableau du début de cette affaire, rappelant que son client, Ritesh Gurroby, arrêté dimanche dernier après la saisie record de drogue, « souvan ti pe defie gouvernma dan bann aksion ki zot ti pe pran dan sekter lapess ek kargaizon pwason dan lepor ». Et d’ajouter que son client devait aussi lutter pour garder ses bateaux de plaisance, « parski ti pe rod tir so lisans ». Il soutient ainsi que « Ritesh Gurroby ti deza kone ki lartilri lour Leta kont li ».

Concernant les événements du 2 mai dernier, Me Valayden soutient avoir reçu un appel de Ritesh Gurroby du fait que des enquêteurs de l’ADSU souhaitaient perquistionner son “conteneur” sur un terrain à Pointe-aux-Canonniers. Selon Me Valayden, son client avait accepté de veiller sur ce terrain d’un commun accord avec le propriétaire, et y avait placé un conteneur, où il gardait des pièces de rechange de bateau. Pour Me Valayden, « ti enn sok pou Ritesh kan linn apran kantite ladrog inn sezi ».

Il relève par ailleurs « certaines zones d’ombre » dans cette affaire, déjà du fait que, selon le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et la police, ce lieu était dans le collimateur de l’ADSU depuis février. « Pourtan fevrie Gurroby ti ankor dan selil akoz case l’ICAC. » Et de poursuivre qu’une compagnie avait ses matériaux sur les lieux. « Kifer anketer pann gete, tansion ti kapav enn anploye konpani lamem ? » a-t-il soutenu.
Me Rama Valayden avance : « Tou big boss met ansam, pa kapav import sa kantite ladrog-la. Met otan larzan ki sa pa ti pou kapav. Ti fode osi ki boss kartel-la aksepte avoy enn tel kantite ladrog ! » Et de faire allusion alors à une affaire de tractopelle chargée avec 95 kg de cocaïne en juillet 2019. « Dan sa case-la pa enn dimounn inn arete. Enn lanket pann fer. Zame inn dimann led Interpol. »

Me Valayden a rappelé avoir adressé de nombreuses lettres au Premier ministre, au commissaire de police et à l’ADSU pour « une enquête objective et sans cover-up ». Mais pour l’avocat, « pena volonte gouvernma kobat ladrog dan pei ». Faisant notamment allusion à l’affaire Navin Kistnah, « kot enn denome Homunchul Ramdin ti volatilize swadizan ». Ajoutant : « Mo mem mo ti inform Ladsu kan ti gagn informasion li ti pe res dan lesid. Aster nou aprann Ramdin pe res Londres. » Il évoque aussi un « acharnement » des autorités sur Ritesh Gurroby. « Gagn ladrog lanket pa ankor fer, me fini ferm tou so bann biznes pwason ! »

Me Sanjeev Teeluckdharry devait dénoncer « le développement d’une culture d’impunité » et d’une « justice à deux vitesses ». Et de lancer un appel pour « idantifie bann vre koupab », car « bann kartel ladrog ki derier tou sa ».