Ashley Hurhangee n’écarte pas la possibilité qu’il soit arrêté par le CCID dans le sillage de l’enquête sur le Sherrygate. « Nou finn aprann sa (son arrestation, Ndlr) par bann sours bien plase dan lapolis ek de bonn fwa. Zot finn fer mwa ek mo avoka konpran ki malgre ki prev mo’nn done pou kont-kare mansonz ki sa komik-la inn dir, mo pou arete. Li (Shameem Korimbocus, ndlr) vinn CCID enn kout From No Where, soudennman li paret. Malgre tou sela, pou pas mwa lor enn sarz provizwar. Mo trouv sa aberan, arbitrer. Lafason pe fer diktatir pe kontinie », a-t-il déclaré ce matin avant une nouvelle séance d’interrogatoire aux Casernes centrales.

Son avocat, Me Rouben Mooroongapillay, a lui déclaré que son client a donné « plusieurs éléments d’informations » à la police sur l’affaire “Sherrygate”. « Ena posibilite pou loz enn sarz provizwar kont Hurhangee », dit-il, avançant que la police soupçonne un cas de “conspiracy” contre son client suite à la déposition de Shameem Korimbocus. Rouben Mooroongapillay souhaite que le CCID recueille la version de Deepak Persand, un ancien client d’Ashley Hurhangee, qui selon lui, « détient des informations » sur l’affaire en question.

L’avocat estime que ce témoignage « pourrait confirmer la version qu’Ashley Hurhangee a donnée au CCID ». Il ajoute : « Mo espere lapolis pa fer move lizaz de sarz provizwar. » Du côté de la police, aucune source n’a encore confirmé si une charge provisoire de complot sera logée contre Ashley Hurhangee.