Manoj Kumar Jahajeeah, Principal Engineer au Central Electricity Board, a été arrêté jeudi par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) dans le cadre de la St-Louis Gate et la bombe à retardement de Rs 700 millions. Le principal concerné a toutefois été remis en liberté provisoire après s’être acquitté d’une caution de Rs 25 000 en Cour de district de Curepipe. Soupçonné d’avoir été l’auteur de fuites d’informations sensibles sur le StLouis Redevelopment Project au coût de Rs 4,3 milliards, le principal concerné a été inculpé sous le délit provisoire de « public official using his office or position for a gratification for himself or another person ».

L’ICAC a procédé à l’arrestation de Manoj Kumar Jahajeeah après une longue série d’interrogatoires. Selon l’acte d’accusation, il lui est reproché d’avoir en 2014, en tant que haut cadre, de surcroît de par sa responsabilité de Project Manager du projet St-Louis, fuité certaines spécifications clés du projet notamment en ce qui concerne les déviations de mise lors du deuxième exercice d’appel d’offres en 2015.

Des détails cruciaux ont été partagés avec le consultant du CEB Mott Macdonald. La Commission anti-corruption considère que ce partage d’informations aurait donné un avantage à la firme danoise Burmeister and Wain Scandinavian Contractor (BWSC), permettant à cette dernière de participer à un exercice taillé sur mesure.

En effet, Manoj Jahajeeah faisait partie de l’équipe initiale du CEB qui avait travaillé sur le projet St-Louis et siégeait aussi sur le Bid Evaluation Committee. Ce haut cadre technique du CEB avait, selon les informations des milieux de l’enquête, préparé le tableau comportant les déviations, qui manquaient à l’offre de BWSC en 2014 et qui avait résulté en l’annulation de l’allocation de ce contrat en novembre 2014 par le Central Procurement Board.

Selon les informations recueillies par l’ICAC, ce tableau qu’avait préparé Manoj Jahajeeah aurait atterri chez le consultant travaillant sur le projet en vue de mettre au point les Bidding Documents. Les similitudes notées dans le cadre des deux appels d’offres auraient attiré l’attention des enquêteurs, Manoj Jahajeeah étant celui qui détiendrait ces détails techniques.

L’on avance que BWSC n’avait pas décroché le contrat de 2014 car la soumission de la firme danoise n’était pas conforme à certaines spécifications. Or, en 2015, ces spécifications, soit les déviations mises en relief le Principal Engineer, en faisaient partie des recommandations du CEB pour décrocher le contrat.

Manoj Jahajeeah est soupçonné d’être à l’origine de cette fuite d’informations capitales qui auraient été par la suite « taken on board » par BWSC. En tant que Public Official, il aurait commis une faute selon les enquêteurs de l’ICAC. Il est représenté dans le cadre de cette affaire par Me Rajesh Unnuth. Le Principal Engineer du CEB est en effet le quatrième suspect arrêté dans le cadre de l’affaire St-Louis après notamment l’ingénieur de profession et Consultant au nom de la compagnie AMB Consulting, Bertrand Lagesse, Alain Hao Thyn Voon, l’Executive Director de la compagnie Pad & Co et aussi l’ancien General Manager du CEB Shamshir Mukoon.

Dans les milieux de la Commission anti-corruption, l’on n’écarte pas que d’autres officiels du CEB soient inquiétés incessamment, avec notamment plusieurs aspects de l’allocation de ce contrat de Rs 4,3 milliards dont certains points dans la mise en place du projet St-Louis non respectés par BWSC. Certains au CEB auraient des explications à fournir sur ces défauts qui n’ont pas été pris en compte.