Les 1 047 victimes du Ponzi Scheme orchestré par Bhimla Ramloll, concernant des investissements dans la compagnie Sunkai Co. Ltd, réclament, à travers leur avoué, Me Kaviraj Bokhoree, le dégel de Rs 273 M de l’argent saisi de la fraude. Ils soutiennent avoir obtenu un jugement en leur faveur en Cour suprême pour le remboursement de leurs investissements mais qu’ils n’ont pas encore touché leur argent. Cette motion est dirigée contre le commissaire de police, Mario Nobin, le directeur des poursuites publiques, Me Satyajit Boolell, Senior Counsel, et la Financial Intelligence Unit (FIU). A ce stade, les victimes n’ont pas encore obtenu leur dû.

Lors de l’appel de l’affaire la semaine dernière devant le Master and Registrar de la Cour suprême, Me Bokhoree a lancé un ultimatum au gouvernement jusqu’à vendredi pour se pencher sur ce sujet. Entre-temps, Me Bokhoree a demandé du temps à la cour pour répondre à l’affidavit servi par la FIU. L’affaire a été ajournée à décembre. Le commissaire de police et la FIU, à travers le Senior State Attorney, Me Doorgesh Kumar Manikaran, avaient, lors d’une précédente séance, indiqué qu’ils objectaient à la requête des 1 047 victimes. Ils avaient demandé à maintenir le statu quo en attendant la fin des procédures pénales contre Bhimla Ramloll en Cour intermédiaire.

Des milliers de personnes ont pour rappel été victime de la société Sunkai. Dans leur plainte en Cour suprême et en Cour intermédiaire, les clients expliquent qu’ils avaient investi de l’argent dans l’espoir de faire fructifier leurs investissements. Ils devaient cependant réaliser par la suite qu’ils s’étaient fait berner par la directrice de Sunkai. C’est lorsque l’affaire a éclaté, en 2012, que les victimes ont pris connaissance des faits.