Le ministre Yogida Sawmynaden se fait attendre au QG de la MCIT

Les membres du Legal Panel, connu comme The Avengers, constitué en vue de faire la lumière sur le meurtre de l’agent du MSM de Quartier-Militaire/Moka (No 8) Soopramanien Kistnen, accentuent la pression sur les enquêteurs de la police. Une piste qu’ils ne veulent nullement abandonner demeure celle des enregistrements vidéo de la région de La-Louise du vendredi 16 octobre dernier, jour de la disparition de Soopramanien Kistnen de tout radar. A ce stade, le Safe City City Network a été Written Off.

Toutefois, dans une correspondance, signée de Me Rouben Mooroongapillay, au nom de Me Rama Valayden, Leading Counsel du panel, la police est face à une demande spécifique, soit solliciter le concours des banques commerciales opérant des antennes dans cette région. « According to our ground work investigation, it came to our attention that banks like ABSA, SBM and MCB keep their CCTV recordings for 90 days. In these premises, we would be most grateful for needful to be done to secure those CCTV recordings in the interest of justice », souligne l’homme de loi à cet effet. Difficile à dire à ce stade si cette Ground Work Investigation aurait permis au Legal Panel d’accéder à des détails critiques entre le mercredi 14 et le vendredi 16 octobre sur ces différents enregistrements, nécessitant que ces Documentary Evidence ne soient versées officiellement dans le dossier à charge.

Entre-temps, la Major Crime Investigation Team (MCIT) a entendu une trentaine de personnes jusqu’ici dans le cadre de cette même enquête. Outre les proches de la victime, de policiers et d’amis, l’équipe de l’ASP Seebaruth a aussi interrogé des hommes d’affaires, à l’instar de Rudy Appanah, un des bénéficiaires des contrats du ministère de la Santé pendant le confinement sanitaire.

D’ailleurs, le cellulaire de ce dernier a été examiné par les enquêteurs à l’Information and Technology Unit de la police.
Pour ce qui est du volet d’emploi fictif avec le ministre assigné en Cour de Port-Louis mardi matin dans le contexte de la Private Prosecution logée par Shakuntala (Simla) Kistnen, même si les enquêteurs de la police sont déjà en présence de certains documents, ils attendent qu’ils soient authentifiés par les institutions appropriées, comme la Mauritius Revenue Authority (MRA) et le National Pensions Fund (NPF).

Ce n’est qu’après cette étape qu’ils pourront “draft” une liste de questions auxquelles devra répondre le ministre du Commerce. Quant à certains contrats alloués par la State Trading Corporation, dont la société de Soopramanien Kistnen était un des soumissionnaires, la MCIT n’a pas encore sollicité cet organisme pour une quelconque confirmation.

Affaire à suivre.