L’homme d’affaires de La Louise se présente comme ayant toujours « opéré selon les règles du jeu »

Yogida Sawmynaden, propriétaire d’un appartement au Cyber Village, où vit sa mère, à quelques pas de celui de Vinay Appanna

Le beau-frère du DG de la STC prend à contrepied Deepak Bonomally au sujet de son emploi du temps de la fin de la journée du vendredi 16 octobre 2020

L’homme d’affaires et ami d’enfance de l’ancien ministre Yogida Sawmynaden, Vinay Appanna, n’a pas fini d’être pressé de questions au sujet des circonstances de la mort de Soopramanien Kistnen, l’agent politique du MSM de Quartier-Militaire/Moka. Ce dernier est donné comme étant au courant des transactions fructueuses d’un Inner Circle, proche du colistier du Premier ministre, Pravind Jugnauth – alors que lui était laissé sur la touche. Des transactions « douteuses » que le défunt voulait dénoncer, selon des témoignages dans l’enquête judiciaire, et qui serait une raison probable de sa disparition le 16 octobre de l’année dernière. Vinay Appanna, qui en est à son troisième jour d’audition, maintient, lui, avoir fait affaire « selon les règles du jeu » et qu’il n’a rien à voir avec la mort de Soopramanien Kistnen, « que je n’ai rencontré qu’à deux reprises en juin 2020 ».

Vinay Appanna, également beau-frère de l’ex-General Manager de la State Trading Corporation (STC), Jonathan Ramasamy, s’appesantit sur le fait qu’il a toujours fonctionné selon « les règles du jeu » malgré les témoignages insistants du fait qu’il était bien placé pour décrocher des contrats pendant le confinement, profitant de ses relations avec l’ancien ministre du Commerce et l’ex-GM de la STC. Et Vinay Appanna de venir dire qu’il était en contact avec Yogida Sawmynaden, pendant le confinement, comme pour alimenter la conviction du panel d’avocats des Avengers, que le premier avait un rôle central dans les opérations du Bid Rigging Network pour l’obtention de ces contrats avec le gouvernement et des institutions paraétatiques.

Si Vinay Appanna, en tant que directeur de compagnie, avait obtenu des contrats d’une valeur de Rs 77 millions pendant le confinement avec le ministère du Commerce et le ministère de la Santé, pour la fourniture d’équipements médicaux, il devait aussi préciser hier qu’il avait obtenu un contrat avec le Central Electricity Board (CEB), d’une valeur de Rs 2,5 millions, pour la fourniture et l’installation de Body Temperature Detection Systems, soit d’appareils pour la détection de fortes températures, un des symptômes du COVID-19, dans les succursales du CEB.

Par la suite, Me Roshi Bhadain a repris son interrogatoire sur l’emploi du temps de Vinay Appanna pendant la période critique de la disparition et du meurtre de Soopramanien Kistnen, en l’occurrence le vendredi 16 octobre 2020. Et de revenir alors sur les véhicules qui ont traversé l’entrée sécurisée du Cyber Village à Ebène pour rendre visite à Vinay Appanna. Me Bhadain devait une nouvelle fois faire mention des plaques d’immatriculation de ces véhicules trouvés sur le registre, et des propriétaires de ces véhicules.  Ce qui a fait que Me Bhadain est revenu sur la version de Deepak Bonomally dans l’enquête judiciaire, à l’effet que le dénommé Vinay Appanna n’était pas chez lui lorsqu’il était venu pour une réunion, vers 18 heures ce même 16 octobre.

RB : Deepak Bonomally a dit que vous n’étiez pas chez vous alors que vous vous dites bien vous rappeler que le chauffeur de Deepak Bonomally l’a déposé chez vous, et sortit pour aller chercher à manger puis est revenu !

VA : Il est probable que Deepak Bonomally ait fait une confusion sur la date et parle du vendredi 9 octobre. Il est probable que le 9 octobre je n’étais pas chez moi.

RB : Vous semblez vous rappeler précisément certaines choses ce jour-là, comme le fait que le chauffeur est allé chercher à manger, que votre père a mangé des gâteaux, entre autres, mais Deepak Bonomally dit que même votre voiture n’était pas là quand il est arrivé. C’est vrai ?

VA : C’est faux. Deepak Bonomally doit faire référence au 9 octobre.

RB : Deepak Bonomally dit aussi qu’il vous a attendu dehors et discutait avec votre père et votre épouse !

VA : C’est impossible.

Vinay Appanna maintient sa version des faits, avançant qu’il se souvient bien qu’il y avait un anniversaire et que son épouse y était allée pour revenir après 21 heures. De soutenir ainsi : « Ma version est vraie, Deepak Bonomally a peut-être menti. »

Toujours à propos du Cyber Village, Me Bhadain devait confronter Vinay Appanna au fait que Yogida Sawmynaden serait le propriétaire d’un des appartements du Cyber Village, à quelques mètres de celui où résidait Vinay Appanna – qui loue désormais un appartement au morcellement Au Bout du Monde. Vinay Appanna devait répondre : « Cela me surprend ! Mais je ne pense pas qu’il vit là-bas ».

Me Bhadain devait alors le confronter au fait que sa mère et celle de Yogida Sawmynaden «  sont amies proches » et se rendent visite régulièrement au Cyber Village. Appanna de simplement indiquer « je sais qu’elles sont amies ». L’homme de loi s’est alors lancé dans une longue diatribe pour remettre sur le tapis les ‘dealings’ entre proches. Il a alors parlé de Vinay Appanna comme pièce-maîtresse, « avec Deepak Bonomally juste en dessous de vous comme votre exécutant et le couple Poonyth comme prestataire de service, eux qui n’ont pas accès à Yogida Sawmynaden mais vous oui », et de faire part ainsi d’une « équipe composée également de votre beau-frère Jonathan Ramasamy », qui, comme l’a expliqué Me Bhadain, fut nommé à la tête de la STC par Yogida Sawmynaden, alors ministre du Commerce, quelques semaines après les élections générales de novembre 2019.

Et d’évoquer aussi NeeteeSelec, compagnie de la Flight Purser, Neeta Nuckched, « qui vous relie tous car ayant fait affaire avec cette compagnie », en ajoutant « avec Neeta Nuckhed qui est l’amie d’enfance de Yogida Sawmynaden tout comme vous l’êtes ». De renchérir alors du fait que Soopramanien Kistnen était au courant de toutes ces transactions et voulait tout dénoncer.

Vinay Appanna s’est évertué de réfuter ces allégations d’une quelconque ‘équipe’ formée pour décrocher des contrats et d’insister qu’il n’a rien à voir avec le meurtre de Soopramanien Kistnen. « Je n’ai rencontré Soopramanien Kistnen qu’à deux reprises dans ma vie, cela en juin 2020. Mon business est légitime, je paye mes impôts et je suis toutes les règles du jeu pour faire affaire à Maurice ». Me Bhadain a lancé des piques au témoin, lui rappelant qu’il fait toutefois face à une accusation provisoire pour blanchiment d’argent, après enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC). La magistrate est toutefois intervenue pour le sommer de s’abstenir de faire de tels commentaires.

L’audition de Vinay Appanna se poursuit au tribunal de Moka jusqu’à au moins la fin de la semaine. L’audition d’hier a dû être écourtée du fait qu’il était trop tard pour démarrer la séance de l’après-midi en plus du fait que Vinay Appanna, qui a des problèmes de santé, montrait des signes de  difficultés dans l’après-midi…