La Honda qui a heurté la policière Dimple Raghoo (en médaillon), retrouvée sur l'autoroute devant le centre commercial Le Valentina à Phœnix le 24 novembre
  • Le SP Praveen Bhogun, beau‑frère de la victime : « Elle avait demandé son transfert de l’aéroport »
  • « Lors des opérations de l’ADSU, Dimple conduisait camions, bus, voitures… Elle savait tout faire et bien ! »

Dimple Raghoo, 38 ans, membre de la force policière depuis plus de 15 ans, était affectée à l’ADSU du Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport depuis plusieurs années. Mais ce mardi, sa vie s’est arrêtée brutalement. Elle a en effet trouvé la mort dans des circonstances des plus violentes et dramatiques lorsque, lors d’un exercice de « Controlled Delivery » avec des suspects,  ces derniers ont foncé leur voiture sur elle, l’écrasant et l’entraînant sur plusieurs mètres ! Ce crime odieux et prémédité a circulé via des clips postés sur les réseaux sociaux depuis la soirée d’hier.

Dimple Raghoo était, explique son beau‑frère, le SP Praveen Bhogun, Second in Charge de la prison de haute sécurité de Melrose, « celle qui était le lien indissociable entre les sept sœurs » de la famille. « Elle est celle qui, en Perfect All Rounder, les unissait. Et elle veillait sur chacune d’elle comme un frère qu’elles n’ont jamais eu. » Il poursuit : « Pa le krwar enn tifi sa, disaient beaucoup de ses collègues autour d’elle. »

« C’était une mordue du travail. Li ti extra kontan sa travay-la… Zame li plegne. Et elle était de toutes les opérations de l’ADSU. D’ailleurs, quand il y avait de grosses opérations, elle n’hésitait jamais à se mettre au volant d’un camion ou d’un bus, autant que d’une voiture. Elle n’avait peur de rien ! Elle n’avait pas froid aux yeux !» Le responsable de la prison de Melrose précise à ce propos que Dimple « était détentrice de permis de conduire pour tous types de véhicules, chose très rare, surtout pour une femme ».

De surcroît, poursuit Praveen Bhogun, ses supérieurs hiérarchiques « lui faisaient entièrement confiance, parce qu’elle était un excellent élément de la force policière ». Selon lui, « aucun doute, Dimple était une des meilleures » ! Constat d’ailleurs confirmé par plusieurs membres de l’ADSU qui, aujourd’hui, pleurent la disparition « aussi brutale qu’incompréhensible » de Dimple, « l’une des meilleures d’entre nous », disent-ils. « Li ti seki nou dir enn korias. Li ti travay kouma enn zom. Elle n’hésitait jamais à prendre des risques et à braver le danger. Ceux qui ont fait ça nous ont pris une amie, une policière pas ordinaire et sans pareil… Elle nous manque déjà énormément ! »

Affectée depuis quelques années au sein de l’équipe de l’ADSU de l’aéroport de Plaisance, Dimple avait fait une requête pour être transférée, indique Praveen Bhogun. « Mais ses supérieurs hiérarchiques avaient tellement confiance en elle, et elle était un si bon élément, qu’ils ne voulaient pas la laisser partir. »

Mais la disparue n’était pas seulement une excellente policière, selon Praveen Bhogun. « Dimple était aussi une femme de grand coeur. Elle était toujours prête à aider ses sœurs. » La famille, continue son beau-frère, « passe par des moments extrêmement durs ». Il poursuit : « Il y a tout juste un an, j’ai perdu ma femme, Priya, aînée de Dimple. Nous sommes inconsolables. En à peine une année, perdre ainsi deux femmes de la même famille, c’est très difficile. »

Dimple Raghoo habitait Vieux-Grand‑Port. « Quand mon épouse, Priya, est tombée malade, l’année dernière, et qu’il fallait pour ses soins qu’elle se rende en Inde, c’est Dimple qui s’est portée volontaire pour accompagner sa sœur et l’aider… Elle était un soutien indéfectible. » Quand elle n’était pas de service, Dimple était aussi une adepte du sport. « Elle pratiquait le Trekking, entre autres », ajoute Praveen Bhogun. La jeune femme, célibataire, « était très active : elle ne pouvait rester en place ».

Ses funérailles ont eu lieu ce mercredi à 13h30.