Les frères Jonathan et Josué Dardenne ont comparu devant la magistrate Nivedita Ratna Patten au tribunal de Mahébourg hier après-midi dans le cadre de leur arrestation après les échauffourées survenues devant le tribunal lors de la comparution des ministres Kavy Ramano et Sudheer Maudhoo, le 21 août dernier. Me Chetan Baboolall, du panel des avocats qui les représente, a logé une motion pour réclamer la radiation des accusations provisoires contre les deux frères, faisant état notamment de la violation de leurs droits constitutionnels et d’un abus de procédures de la cour.

Les frères Dardenne font tous deux face à deux charges provisoires, soit “rogue and vagabond” et “assault with premeditation”. Ils ont comparu à nouveau devant le tribunal de Mahébourg pour que le chef inspecteur Goinden de la CCID réponde à une série de questions de la défense entourant leur arrestation. Ainsi, selon le chef inspecteur, c’est l’Officer-in-Charge de la CCID qui a appelé à une enquête sur les incidents survenus au tribunal. Le chef inspecteur avance que l’affaire a été référée au CCID en raison de plaintes consignées après la comparution des ministres. Et d’avancer qu’une « vingtaine de personnes, incluant les frères Dardenne, s’est montrée hostile envers les ministres et a agi de manière agressive envers d’autres personnes présentes ». Selon lui, la CCID avait obtenu des informations « crédibles » ayant donné lieu à l’interpellation des frères Dardenne pour troubles à l’ordre public.

Questionné sur les raisons pour lesquelles les deux frères ont été détenus pendant plus de 30 heures et le fait que leurs dépositions n’aient pas été prises promptement, le CI Goinden a avancé que les enquêteurs devaient avoir à leurs dispositions toutes les versions relatives à cet incident avant de les interroger, dont la déposition du plaignant, de deux autres « victimes » ainsi que d’un témoin habitant Mahébourg, et qui avait contacté la CCID pour donner sa version des faits. Le chef inspecteur Goinden explique aussi qu’un exercice d’identification a eu lieu le 22 août, lequel s’est terminé vers 15h45. Raison pour laquelle, selon l’enquêteur, ils n’ont pu emmener les deux frères devant la BRC le même jour.

Après avoir pris connaissance des réponses de l’enquêteur, Me Chetan Baboolall, du panel d’avocats représentant les frères Dardenne, a logé une motion réclamant la radiation des charges provisoires contre ses clients pour violation de leurs droits constitutionnels sous l’article 10 de la Constitution. L’homme de loi a aussi évoqué un abus de procédures de la cour. Selon les avocats des deux frères, leurs clients ont été mis au courant des accusations portées contre eux au moment où ils ont été emmenés en cour. Me Baboolall évoque ainsi une « injustice » et le fait que les allégations faites à l’égard de ses clients sont « frivoles » et « ne méritent pas » que de telles charges soient portées contre eux.
L’affaire a été ajournée au 8 septembre pour que le bureau du DPP se prononce sur cette demande. Les avocats venus représenter les frères Dardenne en cour sont Mes Jim Seetaram, Chetan Baboolall, Adrien Duval, Olivier Barbe et Alexandre Le Blanc.