La maison où le viol aurait été perpétré le dimanche 28 juin

Cité Anoska, à Forest-Side, est toujours sous le choc depuis dimanche après-midi, une fillette de trois ans ayant été violée par un proche. Grièvement blessée au niveau de ses parties intimes, la victime a été conduite à l’hôpital Nehru où, aux dernières nouvelles, elle serait sous perfusion, même si son état de santé s’est stabilisé. Cliff Perrine, âgé de 36 ans, un proche de la victime, a, lui, été arrêté lundi par la Criminal Intelligence Unit (CIU). Connu des services de police, le suspect a été livré à la CID de Curepipe. Une charge de « causing child to be sexually » a été logée contre lui au tribunal de Curepipe lundi. Interrogé par les hommes de l’ASP Omrawoo, l’inspecteur Rughoonundhun et le sergent Ramyad, le suspect a nié toute implication dans cette affaire.

Fleurette Perrine, une mère de quatre enfants âgée de la cinquantaine, explique qu’elle hébergeait Sylvia, la mère de la victime, depuis deux semaines. « Li pa ti ena place pou li reste. Monn donn li enn ti plas », explique-t-elle au Mauricien. Revenant sur le jour des faits, elle avance : « Mo ti pe dormi sa zour-la. Cliff ti vinn kit enn boutey rum ar nou apre linn ale. Letan li retourne, li lev mama viktim. Li dir li ena disan lor dra ek parti intim sa tifi-la. Zanfan-la ti pe segne ek disan lor dra. » Et d’avancer que Sylvia aurait « pris la fuite » en entendant la scène.

Un autre proche, qui s’est confié au Mauricien, trouve étrange qu’un certain « Montana », qui venait régulièrement chez Fleurette Perrine pour une partie de beuverie, dit-il, soit resté introuvable ce jour-là. « Nou ti trouv sa bien drol. » Le dénommé Montana intéresse fortement la police, d’autant plus qu’une autre fille de Sylvia, âgée, elle, de 9 ans, l’a dénoncé à la police lundi. Cette dernière avance que sa mère s’était rendue à une fête il y a quelques semaines alors qu’elle se trouvait chez elle, à Cité Anoska. Profitant de la situation, Montana l’aurait alors touchée sur ses parties intimes. Selon elle, sa mère « ne prend pas soin de ses enfants ».

L’autre fille de celle-ci, âgée de 12 ans, l’a d’ailleurs elle aussi dénoncée, affirmant que sa mère la maltraite et ne lui donne « des fois pas à manger ». Ces deux enfants sont pris en charge par la Child Development Unit et vivent dans un « shelter ». Une source proche de la victime a confié qu’un certain « Mario », âgé de la soixantaine, se trouvait sur les lieux lors de cette fameuse partie de beuverie. Ce dernier sera interrogé sous peu dans le cadre de cette affaire. « Li abitie bwar ansam ek li », affirme notre interlocuteur, qui a préféré garder l’anonymat.

Gina Edouard, la belle-sœur de Cliff Perrine, se dit pour part « convaincue » de l’innocence du suspect. « Il était chez un ami depuis 5h dimanche matin pour préparer un « gajack ». Il est ensuite venu chez moi dans l’après-midi pour chercher quelque chose à se mettre sous sa dent. Il est rentré chez lui après », dit-elle. Elle poursuit : « Nous attendons les résultats des tests ADN pour connaître toute la vérité dans cette affaire. Si Cliff est coupable, il devra payer pour la faute qu’il a commise sur cette petite, qui n’a que trois ans. Cette enfant est encore innocente. Mais s’il se trouve qu’il est innocent, nous n’allons pas en rester là. Nous prendrons des dispositions légales pour aller de l’avant. Autant que je sache, la mère de la victime passe toute la journée à consommer de l’alcool. Il arrive des fois qu’elle ne sache pas où elle se trouve même pendant la journée. »

Ricarl Pierre-Louis, président de l’Association Résidence Anoska, et figure incontournable de l’endroit, s’interroge : « Est-ce que la CDU a mené une enquête avant de confier ces deux enfants à leur mère ? » A noter que la mère de la victime a quatre enfants, dont deux sont placés dans un « shelter », alors que les deux autres, eux, habitent avec elle. « Nou exig ki ena enn lanket aprofondi. Mama-la pena enn twa pou li. Kouma CDU ose konfie li so de zanfan ? » demande Ricarl Pierre-Louis.