Un responsable du Stock Exchange of Mauritius (SEM), âgé de 42 ans, s’est fait dérober son ordinateur portable, où étaient stockées non seulement des données confidentielles concernant son organisme, mais aussi des informations sur certaines institutions clés du pays, comme le bureau du Premier ministre (PMO) ou la Banque de Maurice (BoM). La Criminal Investigation Division (CID) de la Western Division est sur la brèche depuis ce vol, rapporté au poste de police de Sodnac samedi.

Dans sa version, le plaignant, qui réside dans la région depuis cinq ans, explique qu’il avait quitté son domicile vers 9h30 pour se rendre au bazar de Quatre-Bornes, laissant son épouse chez lui s’occuper des tâches ménagères. En sortant, il dit avoir fermé la porte principale de sa cour, mais pas à clé. Mais en rentrant chez lui, vers 11h, la porte en question était à moitié ouverte.

Une fois à l’intérieur, le plaignant n’a pas trouvé son ordinateur portable, qu’il avait laissé sur une table, car travaillant sur des documents depuis tôt le matin. Il a aussitôt supposé que son épouse avait déplacé son laptop, sauf que celle-ci lui a dit ne pas y avoir touché. Tous deux l’ont alors cherché dans toute la maison, en vain. Raison pour laquelle ce responsable du SEM s’est rendu à la police.

Dans sa version, il explique que son ordinateur portable renferme des documents importants, non seulement d’institutions publiques, mais aussi concernant des compagnies listées sur le Stock Exchange et des communications avec la Financial Services Commission (FSC). Si l’ordinateur portable, propriété du SEM, est d’une valeur de Rs 20 000, en revanche, les données contenues, elles, ne peuvent être chiffrées.

Aussitôt sa déposition consignée, une équipe de la CID de Quatre-Bornes s’est rendue chez lui pour une inspection, notant d’emblée que la propriété n’est pas couverte par des caméras de surveillance. Aucune trace d’effraction n’ayant par ailleurs été notée, les policiers estiment que le voleur serait entré en douce et se serait saisi du premier objet trouvé, probablement sans savoir que l’ordinateur en question contenait des documents confidentiels. La CID compte visionner les caméras de surveillance du quartier afin de tenter d’identifier le malfrat. L’enquête a été placée sous la supervision du surintendant Bansoodeb.