Photo d'illustration

La CID de Port-Mathurin, Rodrigues, a élucidé 16 cas de vol de bétail et de légumes, qui a conduit à six arrestations, dont celle du présumé cerveau d’une bande organisée. L’équipe du surintendant Roseeawon et l’ASP Ramsewock ont reçu plusieurs plaintes depuis juin de l’année dernière, des Rodriguais se plaignant de la disparition de leurs biens.

Les enquêteurs ont appris que les voleurs se déplaçaient en 4×4 et qu’ils plaçaient des animaux et des légumes volés sur des terrains sans surveillance. De plus, la police a été mise au courant de la découverte de carcasses d’animaux dans certains lieux. La CID de Port-Mathurin a pris le taureau par les cornes et, en se basant sur certaines informations, elle a repéré un jeune de 23 ans, dans un 4×4 de location.

Les enquêteurs l’ont alors pris en filature pendant plusieurs jours pour établir ses activités. Ils devaient par la suite l’appréhender chez lui, à Anse-aux-Anglais, où il vit avec sa compagne. La police est ainsi tombée sur plusieurs légumes volés qu’il revendait à des locaux. Grâce à cet argent, le couple pouvait se permettre de louer une maison confortable dans cette région.

Après un interrogatoire serré, les suspects ont avoué 16 cas de vol et devaient balancer l’identité de leurs complices. Le jeune homme avance qu’il a sévi dans les villages de Rivière-Banane, Mourouk et Pointe-Coton et qu’il transportait, à La Ferme, les légumes volés qu’il revendait à des prix plus bas que ceux pratiqués sur le marché. Le couple a bénéficié de la complicité de leurs amis. Chaque soir, les suspects se rendaient dans le nord de Rodrigues près des enclos ou des forêts, où sont gardés des moutons.

Après une surveillance du périmètre, ils passaient à l’attaque en emportant les animaux qu’ils revendaient à un éleveur de Baie-aux-Huitres. Ce dernier dit avoir sacrifié une quarantaine d’animaux pour les vendre à des Mauriciens en vacances dans l’île en novembre et décembre de l’année dernière. Un fermier de Banzilique a déclaré à la police qu’il avait perdu une douzaine de moutons estimés à Rs 60 000. Même un inspecteur de police a été victime de cette bande et dit avoir perdu un bouc. Le suspect de 23 ans a confirmé avoir vendu l’animal à un boucher de Port-Mathurin.

Chez le couple, la police a récupéré sept bêtes que des propriétaires d’animaux ont identifiées comme étant les leurs. Trois des six personnes arrêtées dans cette affaire ont été libérées sous caution, dont la compagne du cerveau présumé. Cette dernière a déclaré en cour que ses enfants sont souffrants et qu’ils ont besoin d’un parent à la maison. La police n’a pas objecté à sa remise en liberté conditionnelle. Les six suspects ont participé à un exercice de reconstitution des faits la semaine dernière pour expliquer comment ils ont commis leurs forfaits.