« Dan VDR (Voyage Data Recorder), pa tann okenn apel antran ant 18h15 ek 20h08 ». C’est ce qu’a confirmé l’ASP Roshan Kokil, enquêteur principal, lors d’un point de presse sur les appels des gardes-côtes (NCG) au MV Wakashio, le jour de son échouement sur les récifs de Pointe d’Esny, le 25 juillet.

A noter que le Voyage Data Recorder agit comme une boîte noire, enregistrant tous les sons émis sur le pont du navire.

L’ASP Roshan Kokil devait soutenir que la NCG de Pointe-du-Diable aurait tenté de contacter le vraquier pour la première fois « à 18h15 ». Ainsi, « plusieurs appels » auraient été vainement faits par les officiers de ce poste avant l’échouement du vraquier.

Ces appels, a soutenu l’ASP Roshan Kokil, ont été inscrits dans le VHF Log Document, qui constitue, selon lui, « une preuve » d’une tentative de liaison de la part des gardes-côtes.

Toutefois, le Voyage Data Recorder du vraquier n’a enregistré aucun appel de la NCG, a de nouveau confirmé l’ASP Roshan Kokil, après ses déclarations déposées en ce sens en Cour intermédiaire hier.

Il devait expliquer que le VHF – utilisé pour la communication entre bateaux et ports – aurait pu avoir été éteint, que l’antenne aurait pu avoir été déconnectée, que le volume de l’appareil aurait pu avoir été baissé. Ou alors, que la NCG et le vraquier n’utilisaient pas la même fréquence radio.

L’ASP Roshan Kokil a affirmé que la liaison avec le Wakashio a été établie à 20h08, soit après l’échouement. C’est le poste de Blue-Bay « plus proche du lieu de l’incident » qui a pris contact avec l’équipage « pour la première fois ».