La 39e édition du Festival des Vocations aura cette année un objectif précis : recueillir Rs 10 millions pour soutenir la formation de 11 séminaristes, dont quatre à un niveau avancé.

Ils ont été envoyés dans différents séminaires à l’étranger, soit quatre au séminaire Saint-Jean, à Nantes (France), six autres à celui de Notre-Dame de l’Espérance, Orléans (France), et le doyen, âgé de 40 ans, à celui de Beda, Rome (Italie). Cet événement se déroule dans des conditions contraignantes avec la pandémie de Covid-19.

Christiane Tadebois, représentante du département des finances du diocèse de Port-Louis, a détaillé la campagne de levée de fonds en présence du père Laurent Rivet et de soeur Solange Perreau. Elle a ainsi expliqué que la campagne mettra l’accent sur le digital. Outre les traditionnelles cartes de parrainages, connues auparavant comme « cartes Amenn to Blok », il sera possible pour les membres du public de contribuer en ligne, notamment par virement bancaire (MCB : 0000-102 12 817), JuicebyMCB (57000057) et My.t Money.

Elle a souligné que le diocèse de Port-Louis a dû innover sur le front de la campagne de levée de fonds, d’autant que les paroisses sont impactées par la pandémie de Covid-19 avec une baisse de la présence des fidèles dans les églises du fait des restrictions sanitaires. Les membres du public auront toutes les informations sur la campagne de levée de fonds du Festival des vocations 2021 sur le site du département des finances du diocèse de Port-Louis (http//.coupdepouceamoneglise.mu/a-la-une/vocations-2021-debut-de-la-campagne-de-levee-de-fonds/)

La 39e édition du Festival des vocations se déroulera cette année en deux étapes, dont la première consiste en un concert en ligne samedi à 20h, pour lever des fonds en faveur des vocations. Le père Laurent Rivet et son groupe, Zezi United, animeront ce temps fort, que le public pourra suivre sur la page Facebook du service diocésain de la pastorale des jeunes et des vocations (http//facebook.com/pastoralzenn).

Retrouvez l’article au complet dans l’édition du Mauricien du 23 septembre.