Quelques semaines avant Noël, la Covid-19 joue encore au trouble-fête. Contrairement aux années précédentes nombre de commerçants affichent grise mine. Si le public est bien présent sur les marchés de Noël les ventes sont plus lentes. Pour une bonne partie de Mauriciens, cette saison festive n’est définitivement pas comme les autres.

Dans la capitale, les commerçants semblent s’être passés le mot. “Pa bon ditou”, marmonne le responsable du magasin Mayfair, lorsque nous l’accostons. A la mi-journée, ce magasin qui propose chaussures, vêtements et autres items, est quasiment vide. Même constat chez Fashion Wear, à la Rue John Kennedy. Son propriétaire, Eshan Isseljee observe les allées et venues depuis l’entrée de son magasin. Il ne nous cache guère sa frustration lorsque nous nous enquérons sur les affaires. “Les années précédentes vers fin novembre- début décembre, nous faisons déjà une belle avance en terme de ventes. Nous affichons en ce moment une baisse de 70% sur les revenus en 2020”. De rajouter qu’auparavant, “le boni de fin d’année n’était pas indispensable pour que certains Mauriciens commencent leurs achats. Comme vous le voyez aujourd’hui, il n’y a pas foule”. Et les rares clients qui passent la porte, “comptent chaque sou et cassent les prix.  Je les comprends. Avec la Covid-19, les gens ont complètement changé leur habitudes”.

Les ventes au ralenti

Plusieurs magasins disent ne plus être en mesure de recruter des étudiants en vacances préférant travailler avec les effectifs déjà présents. La situation actuelle est une double désolation pour Ajay qui tient un magasin de jouets aux abords du Victoria Urban Terminal. Dans le cadre des travaux, un filet a été placé devant son magasin, gênant le passage. “Comment est-ce-que les clients passeront  ? En plus de la chaleur, de la poussière, le travail est tombé de 70%”. Une autre commerçante rajoute : “Nous arrivons à peine à couvrir nos frais, mais nos loyers restent les mêmes. Déjà qu’avec la Covid le travail était tombé à 50%, désormais avec les travaux, c’est encore pire. Nous n’avons quasiment plus de passage”.

Les ventes ne suivent pas forcément sur les Marchés de Noël, plateformew pour faire ses achats de Noel tout en soutenant les marques locales, les fabrications artisanales et les associations caritatives. Des entrepreneurs et créateurs comme Zinaida Ramjan, créatrice bijoux et lingerie explique : “Beaucoup de gens ont perdu leurs emplois et se retrouvent avec d’énormes difficultés financières. Sur les marchés, ils tâtonnent beaucoup plus avant de prendre un produit et sont plus conscients de leurs réels besoins. Par exemple, leur consommation en terme de vêtement a diminué au profit de produits plus spécialisés comme des bijoux personnalisés beaucoup plus durables”. Michela Foy de Secret Hope spécialisée dans la récup partage le même avis. “Déjà, se joindre à un marché à un prix”, explique-t-elle.  Et de ces précédentes expériences sur les marchés en novembre elle relate que : “Ce qui est plus difficile c’est de se retrouver à la fin de la journée avec une vente de Rs 250. On ne couvre pas nos frais”. En effet, cette année les choses se compliquent davantage. Même les clients réguliers qui ont pour habitude de passer des commandes en avance ne se sont pas présents. Michela Foy préfère ainsi concentrer ses efforts sur une commande importante car “la concurrence entre tous les marchés Noel qui sont de plus en plus nombreux, et la situation financière compliquée des Mauriciens ne permettent pas de prendre le moindre risque”.

L’esprit de Noël

Du coté de Pointe aux Sables, bien que Laura Constantin de l’association Ki Pou Fer  elle est aussi affectée par la situation.  “Les commandes sont au compte-gouttes, les Mauriciens sont un peu en retard cette année. De plus, dans le secteur des décorations avec des objets recyclés, la concurrence est grande”. Cependant, la jeune femme peut comprendre que les gens tardent autant à rentrer dans l’esprit de Noël. Rajesh Mantoora est propriétaire de plusieurs plantations de sapins à travers l’île. Chaque année, dès le mois d’octobre, les gens viennent réserver leurs sapins et presque tous ces arbres sont vendus jusqu’au 24 décembre. Selon l’habitant d’Eau Coulée, “Les réservations, aussi bien que les ventes, sont moindres en ce début de décembre. Le sapin est toujours aussi important, Noêl est toujours aussi magique, mais c’est juste que notre vie n’est plus le même”.

12 décembre

Les Allées Xmas Market : 40 exposants seront dans le centre commercial pour proposer une panoplie de produits : cadeaux, décoration intérieur, maquillage, jouets et vêtements entre autres. Le 18 décembre de 18h à 20h, un Karaoke Night sera également au programme.

Azuri Le Marché de Noël : Le Marché de Noel annuel de Azuri (Azuri Ocean & Golf Village) vous propose de faire vos achats de noël auprès d’une centaine d’exposants de 16h à 21h. Egalement au programme, château gonflable, atelier de Face Painting, Street Food.

-Cap Tamarin Christmas Night Market : De 18h à 22h à La Place Cap Tamarin

17 au 20 décembre

Marché de Noel de Casela Funfair : Une plateforme pour faire le plein de cadeaux, avec des festivals culinaires, des concerts, fête foraine, craft market et autres attractions.

19 au 20 décembre

So’flo Christmas Market : Plus de 50 exposants se réuniront sur le 1er étage du centre commercial. En vente, Plusieurs items seront en vente notamment des bijoux, décoration intérieure, vêtements, cadeaux, plantes, etc.

19 décembre 

Le Marché de Noel d’Albion : Une cinquième édition pour le marché de Noel d’Albion qui se tiendra de 16h à 22h sur l’espace vert du morcellement Terre d’Albion.  Au programme : 30 exposants de produits et services divers, 10 stands, jeux pour les enfants, Christmas Carol, concert live.