La barre de 90% de réussite pour quatre collèges sur dix

Les filles affichent 92,01% et les garçons 87,22% pour cette première promotion d’étudiants avec cinq Credits

Comme pour le School Certificate (SC) le mois dernier, la performance aux examens de Higher School Certificate (HSC) semble avoir été dopée par le Covid-19. La République affiche un taux de réussite de 89,99%, avec 90,27% pour Maurice et 81,82% pour Rodrigues. D’autre part, 90 sur les 141 collèges avec des candidats à ces épreuves académiques de fin de cycle secondaire ont atteint la barre de 90% de réussite. De son côté, après avoir fait face à une concurrence ces dernières années, le Queen Elizabeth College et le Collège Royal de Curepipe ont retrouvé leur auréole de leader avec 13 et 12 lauréats respectivement.
La crise sanitaire ne semble pas avoir affecté la performance des candidats aux examens du HSC 2020-2021. Du moins, si l’on se base sur le taux de réussite global, qui a atteint les 90%. Jusqu’ici, celui-ci se situait entre 74% et 79%, soit une progression de 15 points. Sans diminuer le mérite des candidats dans ces circonstances exceptionnelles, la Special Consideration de Cambridge y est sans doute pour quelque chose, comme cela a été le cas pour le SC. Les filles ont réalisé une performance de 92,01% et les garçons, de 87,22%. Toujours est-il que cette cuvée 2020-2021 est la première promotion des étudiants avec cinq Credits et ils ont eu une année et demie pour travailler, car les examens étaient initialement prévus en octobre 2020.
Malgré la prépondérance du QEC et du RCC, les autres collèges n’ont pas démérité pour autant, avec des performances tout autant remarquables. Le MGI de Moka se replace également à l’avant-plan avec quatre lauréats et une performance globale de 100%. Ils étaient en tout 133 candidats à prendre part aux examens du HSC dans cette institution. Le Dr Maurice Curé State College, même s’il n’a décroché que trois lauréates, peut s’enorgueillir d’avoir également un taux de réussite de 100%. Idem pour le MGSS de Solférino, avec 74 candidats. D’autres établissements affichent également les 100%, mais ne comptent qu’une dizaine de candidats ou moins.
S’exprimant sur cette performance, la vice-Première ministre et ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, n’a pas manqué de saluer les efforts des candidats, particulièrement dans un contexte très difficile, avec la crise sanitaire. « J’apprécie leur détermination ainsi que celle de leurs parents, de leurs profs et de leurs chefs d’établissement. Je leur souhaite plein de succès dans leurs études supérieures », dit-elle. Elle n’a pas manqué non plus de rappeler que le pays a besoin des lauréats et qu’elle compte sur eux pour renforcer les ressources humaines du pays.
Outre ceux qui ont enregistré des lauréats, plusieurs collèges ont franchi la barre des 90%, dont Adolphe de Plevitz SSS, Beau Bassin SSS, Belle Rose SSS, BPS, Collège du St-Esprit, Collège Ste Marie, Darwin College, DAV Morc St André, Doha Secondary, Dr James Burty David SSS, Droopnath Ramphul, Dunputh Lallah SSS, Ebène SSS, Emmanuel Anquetil SSS, Forest Side SSS, France Boyer SSS, Gaëtan Raynal SSS, GMD Atchia SSS, Goodlands SSS, Hamilton College, Hindu Girls College, John Kennedy College, Lady Sushil Ramgoolam SSS, Collèges Lorette de Curepipe, Mahébourg, Quatre-Bornes, Port-Louis, Rose-Hill et Saint Pierre. MGSS Flacq, Moka et Nouvelle-France, Manilal Doctor SSS, Mauritius College, Mayflower College, Modern College, Muslim Girls College, Notre-Dame College, Pailles SSS, Piton State College, Prof Basdeo Bissoondoyal College, Quartier Militaire SSS, Quatre-Bornes SSS, QEC, Rabindranath Tagore Secondary School, Rajcoomar Gujadhur SSS, Rivière des Anguilles SSS, RCC, RCPL, R.Seeneevassen SC, Seewa Bapoo SC, Sharma Jugdambi SSS, Sir Abdool Razack Mohamed SC, Sir Leckraz Teelock SSS, Sodnac SSS, Sookdeo Bissondoyal SC, S.Munrakhun SSS, St Joseph’s College, Swami Vivekananda SSS et Triolet SSS.

AMBIANCE

QEC : une confiance retrouvée !

Avec 13 lauréates, le Queen Elizabeth College (QEC) a réalisé la meilleure performance devant le Collège Royal de Curepipe. La fierté et la satisfaction étaient d’ailleurs visibles sur les visages au sein de cet établissement de Rose-Hill hier matin. Ajay Kumar Bissoonauth, le recteur, est d’avis que le QEC retrouve ainsi son statut d’antan.
Des majorettes formant une haie d’honneur pour accueillir les lauréates : le QEC n’a pas dérogé à la tradition. Cette année, la satisfaction est d’autant plus grande que le collège a décroché le plus grand nombre de bourses en jeu. Ajay Kumar Bissoonauth explique : « Cette année a été très difficile, avec deux confinements, mais les étudiantes ont travaillé très dur. Les enseignants ont assuré des cours en ligne. Certains papiers ont été annulés… Ce n’était pas évident. Cependant, au bout du compte, le résultat est là, et nous sommes très contents. Tout le personnel a apporté sa contribution pour cela, ainsi que les parents. »
Le recteur du QEC ne cache pas que sa plus grande satisfaction est d’avoir retrouvé le SSR Scholarship, soit la plus prestigieuse bourse pour la filière scientifique. L’année dernière, c’est une candidate du Dr Maurice Curé State College qui l’avait décrochée. Soulignons également qu’avec les résultats proclamés vers la mi-septembre, plusieurs lauréats sont déjà partis pour des études à l’étranger. C’est notamment le cas de Rheina Laxmi Hawabhay, dont la mère est enseignante au QEC et qui étudie actuellement à la Mc Gill University, au Canada. Ruchi Kushmita Vythilingum se trouve elle aussi à l’étranger.
Les célébrations étaient également teintées d’une note triste au QEC, car la lauréate Tanya Priyanka Pyndiah a perdu son père la semaine dernière.

Loubna Sadaful, 18 ans, QEC :

« Entre les maths ou la finance »

Être lauréate côté économie a été un travail de longue haleine. Je ne m’attendais pas ce matin à entendre mon nom, et je m’étais conditionnée à l’idée de ne pas être dans la clique. Je dois remercier mes grands-parents, Nani et Nana, qui ont tout fait pour moi quand mes parents n’étaient pas à Maurice. Ces derniers ont toujours été mes Biggest Support Systems, ainsi que mon cousin, Manav, qui m’a attendue très tard le soir.
Mes remerciements vont aussi au recteur et à M. Jummun, mon meilleur prof, toujours disponible, mais aussi Mme Dwarka et son vocabulaire de français au top. Les examens en plein confinement, c’était normal, avec des leçons On-Line. Les enseignants étaient toujours disponibles. J’étais concentrée dans mes examens et à aucun moment le mot Covid n’a surgi de mes pensées.
Je pense étudier les maths ou la finance à l’étranger, et rentrer ensuite à Maurice pour apporter ma contribution. Les problèmes sanitaires font peur, mais la peur ne permet pas d’avancer. Il faut aller de l’avant.

Lovena Patandin, 18 ans, QEC :

« Un choc ! »

J’étais chez ma sœur, j’étais vraiment choquée, je ne m’attendais pas, alors là du tout pas à être lauréate. Je n’ai même pas écouté à la radio, ce sont mes amies qui m’ont informée que je suis lauréate.
« Je voudrais remercier mes parents, Dieu, mes proches, mes amies qui m’ont dit de ne pas oublier de mentionner leurs noms. En particulier, Nawal, une de mes amies qui est sortie première en Economics Side.
« En plein Covid, c’était difficile avec les protocoles et tout. Il fallait porter le masque en classe, il fallait s’ajuster. Aujourd’hui, je prévois de suivre un cours de finance à l’étranger, possiblement en Afrique du Sud. Les études avec la crise sanitaire ne me font pas peur, car comme je l’ai dit, il faut faire avec. »

Nuzhat Tasneem Khodadeen, 19 ans, QEC

« J’étais stressée car en zone rouge »

Je suis très contente. Je me suis beaucoup investie dans mes études. J’ai eu le soutien de mes parents, de ma sœur aînée, de ma meilleure amie, Shabneez, mais aussi de mes professeurs, qui ont cru en moi.
Au début, pour mes examens pratiques, j’étais en zone rouge. Donc, j’ai dû sortir, et c’était très stressant. J’habite à Henrietta, mais heureusement, j’ai pu composer. Je vais continuer dans la filière Food Studies.
Cependant, il est encore trop tôt pour prendre une décision hâtive. C’était une première tentative, dans des conditions limitées, et j’en garde un souvenir mémorable.

Tanya Pyndiah, 19 ans, QEC :

« Je suis sous le choc »

Quand j’ai entendu mon nom, j’ai été surprise, et ma maman aussi. Moi, j’étais persuadée que j’avais mal travaillé. Je suis restée sous le choc pendant une bonne trentaine de minutes. À tel point que je n’avais aucune réaction.
C’était stressant aussi avec le Covid. Je suis aussi un peu paranoïaque avec ce virus qui circule, mais j’étais aussi très engagée dans mes études.
En ce moment, je pense à aller étudier la Computer Science au Canada, peut-être à Ottawa. Mais je ne sais pas si mes plans seront revus. Sinon, je partirais en septembre 2022.

Neelaksha Hosanee, 18 ans, QEC :

« Mme Ramessur m’a porté chance »

Pour être lauréate, tout se joue aussi sur le Ranking. Mais cela dépend aussi de comment les autres ont travaillé. Je suis très contente et c’est très difficile de mettre des mots sur ce que je suis en train de vivre.
C’est toujours irréel, je n’arrive pas à croire que je suis lauréate. Le Covid n’a pas été un élément perturbateur, car les enseignants se sont bien adaptés ? Ils ont été d’un grand soutien. Surtout Mme Ramessur. Elle a été d’une grande aide quand je venais au collège.
Parfois, j’étais la seule en classe de chimie, et elle m’a porté attention. Les cours se faisant en ligne ont aussi été bénéfiques. Pour l’instant, je n’ai aucune idée de la filière que je compte choisir, et encore moins le pays. Cela se fera progressivement.

Fatimah Noori Sokeechand, 19 ans, QEC :

« Lauréate avec
le stress du Covid »

« C’était une expérience vraiment stressante placée sous le signe du Covid. J’ai dû prendre un break pour les révisions, de janvier à mars, et pouvoir engranger tous les retards accumulés. Cette année, pour moi qui ai étudié au niveau Arts Side, aura été une expérience à la fois psychologique et physique.
« Avec le concours de parents, d’amis, de mon recteur et de son large sourire derrière son masque, j’ai pu m’en sortir. Quant aux perspectives de carrière, j’ai la possibilité d’évoluer vers différentes filières, entre la Data Science et le Creative Writing. J’ai déjà choisi les États-Unis, et plus précisément la Californie, et j’ai hâte d’y être.  »

 

Vidushi Devi Bucktowar, 19 ans, QEC :

« Fière de mes résultats »

Je suis très contente de mes résultats, et je m’attendais un peu à cela. Toujours à la fin, il y a des incertitudes, mais tout va bien. L’expérience des examens en pleine crise sanitaire était éprouvante, il a fallu s’ajuster avec les nouvelles mesures et, heureusement, j’ai pu surmonter tout cela avec brio. J’en suis encore tout émue.
Mes remerciements vont à la famille, aux enseignants. Je pense faire des études de médecine l’année prochaine. Et concernant la crise sanitaire, j’espère que la situation ira de mieux en mieux. Le mot d’ordre est de s’adapter.

 

Manshika Bissessur, 19 ans, QEC :

« J’explore toutes les options »

Avoir le SSR National Scholarship, c’est une grande fierté pour moi, qui me suis donnée à fond dans mes études. J’attendais cet événement avec impatience et je récolte aujourd’hui les fruits d’un dur labeur. C’est une fierté pour mon collège aussi.
Ce qui se dégage chez moi, ce sont surtout des émotions intenses pour qualifier une joie non contenue, surtout que les examens se sont faits sous la pression de la pandémie et que j’étais dans le flou, voire l’incertitude, au départ.
Concernant les perspectives d’études, autant dire que j’explore toutes les options et que je ne suis encore sûre de rien quant à la filière que je vais choisir. Pour le moment, je savoure cette réussite méritée.

 

Nawaai Ebrahim, 18 ans, QEC

« Première participation réussie »

Je suis très contente et très reconnaissante envers Dieu, mes amies, mes parents, ainsi que ma tante et mes frères, qui m’ont donné de précieux conseils. Concernant les examens avec le Covid, j’ai vécu cela sous le stress.
Mais au collège, toutes les précautions étaient de mises. Il y avait des Handsanitizers partout, la prise de température, on n’était pas vraiment sous le coup de la peur. Car au QEC, tout le côté Be on the safe side a été mis au premier plan.
Je ne me suis pas encore décidée quant à l’option de la filière choisie. Disons que je penche entre le LLB et la finance, mais pour le choix du pays, je suis encore dans l’incertitude. Pour ma première participation, je suis très fière de ma réussite.

 

Tashseen Zaynab Jeeawody, 19 ans, QEC :

« L’astrophysique en Écosse »

C’est une surprise, et je ne m’attendais pas à être lauréate. Quand j’ai entendu mon nom, je n’ai pas su comment réagir. « C’était le trou noir quand j’ai vu mon père, ma mère… Mes parents m’ont toujours soutenue pendant le confinement, et mon père me déposait au collège. J’ai aussi eu le soutien de mes amies et de ma meilleure amie, Nuzhhat Tasneem Khodadeen, qui est aussi lauréate. Je pars étudier l’astrophysique en Écosse. C’était ma première participation !

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal en USD), et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire)
S’inscrire
Log In