Photo illustration

La police de Flacq a mis en cellule une présumée arnaqueuse de 62 ans qui a fait plusieurs victimes dans l’est de l’île. Cette habitante d’Olivia était en liberté conditionnelle avant son arrestation mardi. Elle faisait déjà face à 32 charges provisoires en justice. Pour dépouiller ses victimes, elle leur faisait accroire qu’elle avait des contacts en haut lieu.

Une habitante de Bel-Air-Rivière-Sèche a porté plainte contre elle, lundi, à la police de Flacq. Elle a dit avoir fait sa connaissance en mars de l’année dernière et que la sexagénaire a prétendu qu’elle est directrice d’une compagnie qui importe des vêtements de marque. L’escroc présumé a fait accroire à sa victime qu’elle avait un stock de vêtements bloqués à la douane et qu’elle devait payer Rs 800 000 pour le “customs clearance”. Comme elle a prétendu qu’elle n’avait que Rs 500 000, elle a demandé à la plaignante de régler la différence. En contrepartie, elle lui a promis un bénéfice de Rs 1 M après la vente des vêtements. L’habitante de Bel-Air-Rivière-Sèche a cru à ses paroles et devait verser une somme totalisant Rs 240 000 entre mars et mai 2020. Puis, elle a noté que la suspecte avait changé d’attitude et ne prenait plus ses appels. C’est en conversant avec une autre victime qu’elle a compris qu’elle s’était fait arnaquer.

Entre-temps, la deuxième victime, une habitante d’Olivia (28 ans) a elle aussi porté plainte à la police, lundi. La jeune femme a appris que sa mère avait entamé des démarches pour l’achat d’une maison de la NHDC et elle s’était tournée vers la suspecte. En octobre 2019, la plaignante a reçu un appel de la sexagénaire qui a demandé Rs 35 000 comme « deposit » afin que ses papiers puissent être traités au plus vite à la NHDC. La jeune femme s’est alors rendue à Port-Louis, accompagnée de l’arnaqueuse et de son fils de 32 ans « pour les démarches ».

Une fois dans la capitale, la sexagénaire a prétendu qu’elle devait prendre quelques objets à la douane contre paiement de Rs 45 000, mais qu’elle n’avait pas d’argent sur elle. Cette dernière a montré un chèque à la jeune femme en alléguant qu’elle allait encaisser cet argent dans trois jours. Puis, qu’elle réglerait sa dette. L’habitante d’Olivia a alors remis Rs 80 000 à la suspecte dont Rs 35 000 pour le dépôt à la NHDC. C’est le fils qui a pris cet argent en disant qu’il allait au bureau de la NHDC pour les formalités. À son retour, la victime lui a demandé les documents et les détails sur sa future maison, mais le trentenaire a promis de tout lui dire plus tard. Après plusieurs semaines passées, elle a compris qu’elle s’est fait duper. Cependant, la suspecte n’a remboursé que Rs 60 000 et elle devait toujours Rs 20 000.

La sexagénaire s’est rendue à la police mardi où elle a été placée en détention après un interrogatoire au cours duquel elle a avoué les deux cas mentionnés plus haut. En plus, elle était recherchée pour “breach of condition of release on bail” après un mandat d’arrêt émis par le tribunal de Port-Louis.

De son côté, la CID de Flacq a arrêté son fils qui a nié les accusations portées contre lui. Mais la jeune femme de 28 ans l’a positivement identifié. La police a donc placé le trentenaire en détention. Mère et fils ont été provisoirement inculpés pour escroquerie au tribunal de Flacq mercredi.