Deux ans après la mise en place de son Marine Research Centre à l’hôtel La Pirogue à Flic en Flac, le groupe Sun Resorts en collaboration avec des scientifiques de l’Université de Maurice et d’autres pays, poursuivent la réhabilitation du lagon de la région à travers son projet de Coral Farming. Une initiative financée par la Tertiary Education Commission qui vise à montrer l’exemple et à encourager cette pratique dans la région pour assurer la pérennité du lagon qui est très affecté par le blanchiment de coraux et l’érosion.

En ce mercredi matin du 5 décembre, la jetée de l’hôtel La Pirogue à Flic en Flac connait une effervescence plutôt inhabituelle. Élèves de l’Université et quelques écoliers de centres polytechniques aident à transporter des briques appelées à devenir des abris pour petits poissons et des plate-formes pour des coraux. Une initiative appelée à soulager ce lagon qui est sujet à beaucoup de pression humaine et climatique. Nadeem Nazurally, Senior Lecturer à l’Université de Maurice et Project Coordinator indique que ces briques, offertes par la firme Gamma Civic, seront placées sous l’eau dans des endroits sablonneux. “Les trous dans les briques pourront servir d’abris aux poissons pendant que les coraux poussent sur la briqued. C’est une initiative d’étudiants qui ont voulu s’intéresser à ce projet et qui voulaient s’impliquer.”

Des briques comme habitat.

Placées sur des pirogues, les briques font ensuite route à une centaine de mètres du rivage et à une vingtaine de mètres du récif, où elles rejoignent des cadres en métal préalablement installés. Ceux-là forment la pépinière, chargée de produire des plants de coraux. “Nous avons identifié un endroit propice pour l’installation de notre pépinière. Il présente plusieurs avantages, notamment une profondeur d’eau suffisante qui oscille à plus ou moins 1m50 dépendant des mouvements de marée”, dit Yohan Louis, docteur en biologie marine affilié à l’Université de Maurice. À noter qu’une deuxième pépinière a également été installée en dehors du lagon, à une vingtaine de mètres de profondeur. Le tout entrepris après une étude sur le lagon et la côte.

Les boutures, appelées à remplir la pépinière, sont collectées à partir de colonies de coraux du lagon de Flic en Flac. Ce, afin de s’assurer qu’ils évoluent dans un environnement où ces espèces ont démontré leur capacité de survie. 4 espèces sont concernées, le corail chou fleur, le corail de feu ainsi que deux familles d’acropora, qu’on appelle aussi branching corals. “Nous procédons aux collectes après l’été et nous nous concentrons principalement sur les coraux abîmés ou mourant ou alors à partir de colonies très saines. Il faut savoir que beaucoup de coraux meurent en raison des activités humaines, des gens qui marchent dessus ou les moteurs de bateaux qui les abîment par exemple mais aussi par la faute du blanchiment occasionné par la forte température de l’eau.”

Pépinière de corail.

La technique utilisée est ce qu’ils appellent communément dans le giron, ‘teknik lakord latab’. Comprenez que les cadres sont munis de cordes sur lesquelles viennent se greffer les boutures de coraux. “Les boutures font de 1 à 2 cm et elles peuvent atteindre la taille d’un poing en une année. Elles sont attachées sur les cadres jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment grande pour être transplantées hors de la nurserie”, explique le Dr Yohan Louis.

Dans un premier temps, c’est la partie de droite après la pépinière qui sera concernée par la transplantation sur une centaine de mètres. “Nous espérons que cela pourra servir de modèle qu’on pourra répliquer partout à travers l’île”, dit Nadeem Nazurally. D’autant plus que le projet semble déjà porter ses fruits. Si l’on se fie aux dires des scientifiques qui travaillent sur le projet, le niveau de survie des boutures est plutôt bon se situant entre 75 à 80 %. Par contre, ils remarquent que la croissance des boutures y est un peu plus lente que dans d’autres régions. “Ça peut être dû à la quantité de nutriment dans l’eau, il faudra des analyses poussées pour le déterminer.”

Ce projet est le premier d’envergure initié par le Marine Research Centre du groupe Sun Resorts. “La Tertiary Education Comission nous a financés à hauteur de Rs 5 millions qui a permis de lancer un programme de recherche dans le lagon de Flic en Flac et la mise en place d’un Marine Research Centre au sein même de l’hôtel”, explique Ali Abdool, Sustainability Specialist. Il faut savoir que ce projet s’accompagne d’une campagne de sensibilisation entreprise en collaboration avec les forces vives de l’endroit.