Vinod Busviah est le troisième membre du comité directeur à avoir soumis sa démission

Trois démissions en moins de deux semaines du côté de la Mauritius Football Association. Après le secrétaire général Didier Pragassa et le responsable du Youth Development Barlen Sengayen, c’est au tour de Vinod Busviah de claquer la porte.

« Si la MFA ne compte pas sur moi, pourquoi je resterai ? » nous a déclaré Vinod Busviah, président du Regional Football Development et la Commission de beach soccer au sein de la MFA. La nouvelle est tombée lundi après-midi. Alors que la MFA avait tenu une Emergency Executive Meeting le 10 août et qui avait à l’agenda « serious allegations following the discovery of a mobile phone in the women toilet », Vinod Busviah, qui siège au sein du comité directeur, n’avait pas été invité. Ce qui l’a poussé à prendre ses distances avec la MFA.

« Je ne sais pas si c’est mon franc-parler qui dérange ou quelque chose d’autre. À la base, j’ai rejoint ce comité afin d’aider le football mauricien, mais cette non-convocation montre que je ne suis pas dans les plans de la MFA. Je pense que lors de cette Emergency Executive Meeting, j’avais le droit à la parole », souligne Vinod Busviah.

Rappelons que lors de cette réunion du 10 août, 11 membres ont été convoqués, ils sont : Vikash Mootooveeren, Mustapha Chitbahal, Ludovic Dorli, Mario Thomas, Ozair Janoo, Abdool Bukus, Barlen Sengayen Rehman Furjun, Benjamin Samuel, Cyril Mourgine et le président de la MFA, Samir Sobha.

Si les amoureux du ballon rond pensent que le football mauricien a touché le fond, Vinod Busviah partage le même avis. « Ce que nous vivons est historique. Jamais dans l’histoire du football à Maurice cette discipline n’est tombée aussi bas ». Alors que les élections du côté de la MFA se tiendront l’année prochaine, Vinod Busviah souligne qu’il « ne tourne pas le dos au football local » et qu’il pourra travailler « dans une équipe homogène ».

À la suite de cette démission, le n°1 de la MFA, Samir Sobha, nous a déclaré que c’est « peut-être les prochaines élections qui l’ont poussé à prendre aussi rapidement cette décision. Sa campagne selon moi a déjà commencé En plus, je dois dire que Vinod Busviah était toujours partant lorsqu’il s’agissait de voyager. En 2019, il a voyagé à trois reprises et comme 2020 c’était l’année où la pandémie a éclaté à Maurice, il n’a pu se rendre à l’étranger. Ce sont peut-être ces facteurs qui l’ont poussé réellement à prendre ces décisions. »