La position de la MFA est à questionner sur ce dossier de paris offerts sur BET 365

Le président Samir Sobha pas contre le betting selon ses déclarations à une radio privée, l’année dernière

Aucune plainte n’avait été enregistrée, à vendredi, à la Gambling Regulatory Authority (GRA) par la Mauritius Football Association (MFA) suivant les paris en ligne offerts sur la Mauritius Super League, il y a un peu plus d’une semaine, sur le site BET 365 ! Pourtant, dans un communiqué publié, lundi, sur sa page Facebook, la MFA affirme, elle, avoir déjà référé l’affaire «to local and international authorities» ! Ce qu’il faut désormais savoir, c’est de quelles «local authorities» parle-t-elle si ce n’est pas l’instance régulatrice de paris à Maurice ? Pour rappel, BET 365 offrait des paris sur le match de samedi dernier entre FC Bolton City et Pamplemousses SC. Nous avions sollicité la compagnie à ce sujet samedi, avant la publication de notre article, afin d’avoir de plus amples détails, mais entretemps, la Mauritius Super League avait mystérieusement disparu du site ! C’était toujours le cas, hier, à l’heure d’une dernière vérification.

Aucune demande n’a été faite par la MFA à la GRA pouvant permettre l’organisation de paris en ligne sur le football local via le site BET 365. Légalement d’ailleurs, l’organisation des paris, sur le sol mauricien, n’est pas permis, hormis celles sur les courses hippiques. La question est maintenant de savoir comment BET 365 a-t-il pu aller en ce sens ? Ou encore, si, en tant que compagnie offshore, il avait le droit de le faire sans l’autorisation de la MFA et sans un permis de la GRA ? Cela, comme exigé pour les opérateurs de paris locaux dans le cas des courses hippiques et ce, en accord avec la Mauritius Turf Club.

Communication déplorable de la MFA

Ce qui est plus grave dans cette affaire, c’est qu’aucune plainte émanant de la MFA n’avait été enregistrée à la GRA à la mi-journée, vendredi ! C’est ce que nous avons appris d’une source à la GRA, alors qu’un communiqué publié par la fédération, cinq jours plus tôt, mentionne entre autres : « We have already referred the matter to local and international authorities and the Association will be closely monitoring the current situation. » On a donc du mal à comprendre, car logiquement, c’est vers la GRA que la MFA aurait dû d’abord se tourner pour qu’une enquête soit initiée. Faute d’une plainte formelle, apprenons-nous, de cette même source, la GRA ne peut aller de l’avant et faire la lumière sur cette affaire.
Le plus inquiétant, c’est la position adoptée par la MFA depuis l’éclatement de cette troublante affaire. Après une première vaine tentative de Week-End pour obtenir sa version du problème, samedi dernier, nous avons repris contact avec la MFA, mercredi matin, mais sans succès, une fois encore ! Une copie de cette dernière demande est même attachée à l’attention du secrétaire général de la MFA, Didier Pragassa.

En revanche, un communiqué a bien été publié sur le compte Facebook de la MFA, le 18 janvier 2021, faisant office d’explication, soit au lendemain même de la parution de notre article ! Communiqué dont les éléments ressemblent étrangement aux questions adressées, samedi, au responsable de communication de la MFA, Ehshan Murtuza.

Ainsi, il faudra se contenter de ces quelques lignes, sans pour autant être en mesure d’informer davantage nos fidèles lecteurs. N’était-il donc pas plus judicieux, plus professionnel et plus transparent surtout, que la MFA vienne de l’avant avec une conférence de presse vu la gravité de la situation ? Au cas contraire, pourquoi la MFA n’a-t-elle pas donné les détails nécessaires concernant sa démarche à travers un communiqué à la presse détaillé comme cela aurait dû être logiquement le cas  ?
Projet de betting capoté…

En revanche, ce que nous savons désormais, c’est la position du président de la MFA sur la question de betting dans le football local. Ce dernier ne pouvait d’ailleurs être on ne peut plus clair sur ce sujet, lors d’une interview accordée à une radio privée, fin 2020. Il réagissait alors à une question sur le fait de savoir si, un jour, Maurice pouvait atteindre le niveau international. Une question qui n’avait strictement rien à voir avec le betting ! Sauf que, lui, a trouvé à dire : «Aster la mem nou kapav ariv sa nivo la», avant d’ajouter que Georges Chung, ancien patron de la Mauritius Professional Football League, « li ti ena enn bon lide dans latet a lepok. Sete le betting. »

S’il disait que cette idée était vue d’un mauvais oeil par certains, en revanche, il déclarait: « mo panse avek le betting, futborl kapav pran enn nouvo lampler, enn nouvo depar. » Samir Sobha avait même précisé: « kelkepar kan enn dimounn plas so larzan, kelkepar li interese pou kone ki pe pase. Li impe kouma lekours. Kifer ou trouv boukou dimoun dan Champ de Mars? Se parski dimounn zwe enn souval e li atann pou gete ki arive apre. » Selon le président de la MFA toutefois, des «détracteurs» ont fait capoter le projet en faisant croire que son initiateur voulait se faire de l’argent. « Non, li pa ti anvi kas li. Li ena ase larzan. Li pa ti bizin sa larzan la li. Li ti ena zis enn lide kouma pou fer pou futborl bouze. Me bon, linn kapote zis akoz, kelkepar, ena boukou ti lespri », ajoutait-il.

Vu que la MFA ne fournit pas plus d’informations, on devra, pour l’heure, se contenter du communiqué simpliste mis en ligne sur Facebook. On ne sait pas non plus ce qui s’est passé dans le cas où des parieurs auraient placé des mises sur le match FC Bolton City-Pamplemousses SC étant donné que la Mauritius Super League a disparu du site BET 365 !
Ce qui est sûr toutefois, c’est que la GRA a demandé à la Banque de Maurice, suivant le Finance Act promulgué l’année dernière, de communiquer avec les banques pour une restriction de l’activité des parieurs mauriciens via les sites de paris étrangers. Ce qu’il faut désormais savoir c’est si la consigne a été suivie à la lettre.