Le 23 août, des statuettes à l’effigie du Dieu Ganesh seront plongées dans la mer ou la rivière comme le veut la tradition dans le cadre de la fête Ganesh Chaturthi. À Midlands, la famille Rajoo s’active dans la création de ces statuettes en terre selon une méthode utilisée depuis trois générations. Ces célébrations marqueront la naissance du fils de Shiva et de la déesse Parvati. Un événement religieux des plus importants dans le calendrier hindou, car cette divinité symbolise la sagesse, l’intelligence et la connaissance.

Chez les Rajoo à Midlands, le temps court. Plus que quelques jours pour compléter grand nettoyage de la maison et de la cour, la décoration et surtout pour honorer les commandes de murthis (statuettes) à l’effigie du Dieu Ganesh. En effet, comme son grand-père et son arrière grand-père, Shantaram Rajoo possède un “don inné” pour fabriquer, depuis quarante ans, des statuettes de Ganesha. “Je reçois des commandes d’à travers le pays. Cette année, en raison du confinement et de l’effet de la pandémie du coronavirus, les demandes ont légèrement diminué”, avoue le patriarche de la famille, qui est également pandit.

Une dernière étape consiste à habiller et décorer avec des ornements brillants et colorés les statuettes du dieu Ganesh.

Une affaire de famille

Comme chaque années l’arrière-cour de la demeure des Rajoo a été transformée en atelier. En sus des statuettes représentant le dieu à la tête d’éléphant déjà prêtes, de grands seaux d’argile, des outils, des palettes de peinture, des perles et autres ornements de différentes couleurs sont visibles. Tous les membres de la famille sont mobilisés, chacun étant rattaché à une étape particulière de la fabrication. Le patriarche se charge de mouler et de sculpter les statuettes, alors que son épouse Luxmi s’occupe du polissage. Une des nièces applique la peinture pendant que leur fille habille et orne les murthis.

Selon la tradition, la terre doit être récupérée là où trois rivières se rejoignent. Les Rajoo ne dérogent pas à la règle et se servent sur les berges d’une  rivière à Baie du Cap. “Bien que nous en trouvons également à Midlands, la texture et qualité de la terre ne sont pas les mêmes ici.”

Une fois récupérée, l’argile est épurée, nettoyée et dépouillée des petits rochers et autres saletés. Shantaram Rajoo commence alors à travailler. “Nos ancêtres venant d’Inde ont toujours vénéré Ganesha. À leur arrivée à Maurice, ils avaient ramené, en 1860, une petite statuette que la famille garde précieusement.” Shantaram Rajoo ajoute que dans l’hindouisme, la première prière est offerte à Ganesh, car c’est l’une des divinités les plus importantes dans la religion.

Les statuettes de Ganesh seront immergées dans les rivières, digues et la mer.

Le cycle de la création

En marge du Ganesh Chaturthi, le jeûne a débuté cette année le 25 juillet avec la prière du Naagpanchami. Selon les livres sacrés, Ganesha est né à Shukla Chaturthi pendant le mois lunaire de Bhadrapada. Ainsi, les prières et les festivités se poursuivent pendant un mois. En soirée, les voisins, amis et proches se rassemblent et prient. Dans un esprit de partage et de communion, un dîner végétarien, des petits gâteaux (kanawla, kapni, khantoli, etc.) sont aussi servis, relate Luxmi Rajoo.

Suivant la tradition, des danses traditionnelles connues comme le jhakri sont exécutées, parfois jusque très tard dans la nuit. À la naissance de la nouvelle lune, au quatrième jour des prières seront exécutées au soleil levant.

Luxmi Rajoo est chargée de polir la statuette et de sculpter les derniers détails.

Puis le samedi matin, une fois le murthi purifié par le prêtre, les prières (Ganesh Murthi Sthapan pooja) se poursuivent jusqu’en soirée, accompagnées de danses et chants en l’honneur de Ganesh. Le lendemain, dimanche, sera marqué par le visanjan, soit l’immersion de Ganesh dans la rivière ou la mer. “Si le Dieu Ganesh est apporté au soleil levant, c’est au soleil couchant dans l’après-midi de dimanche que l’immersion se tiendra.”

En priant, chantant et dansant dans la joie, c’est en procession que les Rajoo accompagneront Ganesh jusqu’à la rivière à Eau Bleue, à dix minutes de leur résidence. “Une fois immergée sous l’eau, la statue est dissolue dans la nature et redevient terre, perpétuant ainsi le cycle de la création.”