Marie Thérèse Lourdes Duval (78 ans) a connu une fin atroce vendredi après avoir été percutée de plein fouet par un autobus de la compagnie Triolet Bus Transport (TBS) à la gare du Nord, à Port-Louis. L’accident est survenu peu après 12h30 alors que la victime cherchait un transport pour rentrer chez elle, à La Tour Koenig. Selon la police de Trou-Fanfaron, le bus aurait démarré en trombe pour prendre la direction de la rue Louis Pasteur.

Dans sa version, le chauffeur avance que la septuagénaire se serait approchée du bus pour monter. Il ajoute ne pas l’avoir aperçue car la vieille dame se trouvait sur sa gauche. Toujours est-il que l’impact a été si violent que Marie Thérèse Duval s’est écroulée sous le bus, qui lui a ensuite roulé dessus. Le chauffeur a expliqué à la police avoir entendu un bruit et que ce n’est alors qu’il a su qu’il avait percuté quelqu’un. Il devait arrêter son véhicule lorsque des passagers lui ont signalé qu’une personne se trouvait sous le bus.

Des membres du public se sont attroupés alors que la septuagénaire gisait inerte au sol. Des policiers en patrouille à la gare ont alors délimité la zone de l’accident en attendant l’arrivée du Samu. Une fois sur place, un médecin n’a pu que confirmer le décès de la retraitée. Son corps a ensuite été transféré à la morgue de l’hôpital Jeetoo.

Entre-temps, le chauffeur a, lui, été conduit au poste de police de Trou-Fanfaron, où il a subi un alcootest, qui s’est révélé négatif. Il sera traduit à la Bail and Remand Court ce samedi, où une accusation provisoire d’homicide involontaire sera logée contre lui. La police compte également visionner les images des caméras de la Safe City près de la gare pour déterminer les circonstances de cet accident.

C’est le deuxième accident fatal impliquant un autobus de la compagnie TBS survenu à la gare du Nord cette année. Le 11 janvier, un bus se rendant au garage avait en effet percuté un habitant de Congomah (69 ans) à l’angle des rues Abattoir et Louis Pasteur. Dans sa version, le chauffeur avait alors déclaré n’avoir pas remarqué le piéton, qui n’avait selon lui pas emprunté le passage clouté pour traverser. Après ce drame, le public avait réclamé la présence de policiers sur ce lieu très fréquenté afin d’empêcher les piétons de traverser n’importe où. Sauf que dernièrement, il n’y avait aucun policier à cet endroit, excepté tôt le matin et à la sortie des employés de bureau.