Les trois leaders des partis de l’opposition, qui se sont réunis ce lundi 26 octobre, ont exigé « une transparence totale » sur la gestion des fonds de la Mauritius Investment Corporation (MIC).

Cette entité a reçu Rs 80 milliards (deux milliards de dollars américains) en provenance des réserves de la Banque centrale, qui devraient être utilisées pour venir en aide aux entreprises touchées par la pandémie de Covid-19.

« Les Rs 80 milliards, de la monnaie publique et non privée, seront données dans l’opacité totale. Nous exigeons de la transparence sur l’utilisation de cet argent », a déclaré le leader du PTr, Navin Ramgoolam, face à la presse à Ebène.

Il devait avertir que des compagnies, qui se trouvaient déjà dans le rouge avant la pandémie, tentent d’obtenir des fonds de la MIC pour réaliser des projets.

Paul Bérenger, leader du MMM, a ajouté que certaines compagnies méritent cette aide financière, mais a maintenu qu’il fallait « suivre les procédures ».

Pour le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, la MIC – qui est « une subsidiaire de la Banque de Maurice », a-t-il rappelé – doit être « redevable envers le parlement ».

« L’opacité qui existe représente un potentiel énorme d’abus et de corruption. En tant que partis politiques de l’opposition et parlementaires, nous devons faire le maximum pour éclairer ce qui se passe à la MIC, qui ne possède pas de Chief Executive Officer. C’est un bateau sans gouvernail », a soutenu le leader des bleus.

La prochaine réunion des leaders de l’opposition a été fixée au 7 novembre.