– Il a indiqué que c’est la fédération qui a informé le ministère, le 2 septembre 2019, alors que c’est le 5 que cette décision est tombée !

Celui qui a rédigé cette réponse du ministre est tout aussi fautif pour n’avoir pas pris en compte tous les paramètres autour de cette affaire

Le ministre de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs , Stephan Toussaint a récemment déposé une réponse en écrit à l’Assemblée nationale. La question du député Travailliste, Stéphanie Anquetil, datant du 18 août dernier, concernait la non-participation de l’haltérophile Anthony Madanamoothoo aux Junior African Championships (JAC) en Ouganda en septembre 2019. Elle voulait tout simplement savoir pourquoi cet athlète n’avait pas été sélectionné. Or, il se trouve que Stephan Toussaint a évoqué un échange entre la Fédération mauricienne d’Haltérophilie et son ministère le 2 septembre, alors que ce n’est que trois jours plus tard que cette fédération a pris la décision de retirer Anthony Madanamoothoo de la sélection.

 Pour mieux comprendre cette affaire, il faut faire un petit retour en arrière, soit en septembre 2019. Triple médaillé d’or aux Jeux des Îles de l’Océan Indien à Maurice, le jeune haltérophile Anthony Madanamoothoo avait été retiré de la sélection participant aux Junior African Championships en Ouganda, à la dernière minute, soit le 5 septembre. La FMH, par la voix de son président Magarajen Moonien, avait alors déclaré que « c’est la faute à un budget restreint qu’Anthony Madanamoothoo avait été enlevé de la liste. » Raison que contestait catégoriquement le père du principal concerné, Jack Madanamoothoo.

Triple médaillé d’or aux JIOI !

Un communiqué, on ne peut plus clair sur la sélection du jeune haltérophile, avait même été émis par la FMH, le mercredi 4 septembre. Une lettre de décharge de Magarajen Moonien, le même jour à 21h40, avait été rédigée pour que le jeune homme bénéficie de l’autorisation de l’établissement tertiaire qu’il fréquentait. Les choses devait par la suite prendre une autre tournure lorsque le lendemain (jeudi 5 septembre 2019), Anthony Madanamoothoo recevait un autre courrier électronique du président (15h20 pour être précis) disant : « Dear Anthony, I regret to inform you that due to financial contraints you have not been retained in the team for the 2019 Junior African Championships. »

  Sur quel critère le nom de l’haltérophile avait-il été retiré de la sélection ? D’autant qu’Anthony Madanamoothoo était le seul ayant le coefficient Sinclair le plus élevé. C’est pourquoi la réponse du ministre Toussaint était très attendue sur ce dossier brûlant. Toutefois, sa réponse déposée à la bibliothèque de l’Assemblée nationale a surpris plus d’un. Car Stephan Toussaint indique que son ministère a été informé par la FMH, le 2 septembre, qu’Anthony Madanamoothoo ne ferait pas partie de la délégation pour l’Ouganda !

Une déclaration qui interpelle, alors que nous savons tous que c’est le 5 septembre que cette décision a été prise. Est-ce donc une simple erreur de date ? Ce qui est sûr c’est que le ministre Toussaint ne peut nier ne pas être au courant de cette affaire, ayant été informé dans les moindres détails, à travers une correspondance, en date du 11 septembre du père de l’haltérophile.

 Qui plus est, le ministre dit avoir été informé, par la fédération, que l’haltérophile n’avait pas démontré de performances notables au cours des 12 derniers mois précédant les Championnats d’Afrique Junior. Une aberration… quand nous savons tous qu’il a été triple médaillé d’or aux JIOI !

En revanche, Stephan Toussaint ne peut être le seul à blâmer dans cet imbroglio. Car celui qui a rédigé ladite réponse, est tout aussi fautif que lui. Ainsi, il serait bon de savoir si la FMH a effectivement donné ces informations comme le déclare Stephan Toussaint. Si tel est bien le cas, alors il y a de quoi se poser des questions étant donné que la raison officielle avancée par Magarajen Moonien et le courriel officiel informant Anthony Madanamoothoo sont en contradiction avec la réponse du ministre.