Photo illustration

En quête d’une qualification olympique, Roilya Ranaivosoa a eu le feu vert du ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs (MAJSL) pour reprendre le chemin des entraînements au Centre national d’haltérophilie à Vacoas. C’est hier matin que la championne Mauricienne a remis les pieds à l’étrier en compagnie de son fidèle entraîneur, Gino Soupprayen.

« Vous n’avez pas idée à quel point je suis heureuse de reprendre l’entraînement. Moralement, j’en avais besoin. Et que mon coach soit là pour me guider est en soi un privilège inestimable », indique-elle. La multiple championne d’Afrique s’entraînait déjà durant le confinement, ayant sa propre salle de gym à domicile. Mais cela ne remplace bien évidemment pas les entraînements en compagnie du coach à la salle.
Seule médaillée mauricienne des derniers Jeux du Commonwealth à Gold Coast, elle possède pour rappel 2300 points dans l’escarcelle et ne se trouve qu’à quelques encablures de la qualification chez les moins de 49 kg. Sa plus proche poursuivante, la Malgache Rosina Randafiarison, possède 2 100 unités au compteur. La sextuple médaillé d’or aux Jeux des îles de l’océan Indien n’a pas le temps de chômer, elle qui compte bien se rendre à Tokyo, ce qui constituerait une deuxième participation aux JO après ceux de Rio, au Brésil, en 2016. Elle avait pris la 9e place dans la catégorie des moins 49 kg.

Roilya Ranaivosoa espère faire beaucoup mieux cette année, et ce, même si la crise sanitaire mondiale liée à la Covid-19 continue de jouer les trouble-fête. À 30 ans, cela pourrait être ses dernières Olympiades.