L’entraîneur Jean-Marie Bhugeerathee, attaché à la Mauritius Sports Federation with People Intellectual Disability (MSFPID), anciennement connue comme la Mentally Handicapped Persons Sports Federation, recevra finalement une augmentation salariale décente. Cela après les discussions menées par le président Jean-Marie Malépa, lundi dernier, auprès du ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs. À la MSFPID, on se réjouit de cette décision et on n’a pas manqué de remercier le ministère de reconnaître le bon travail de Jean-Marie Bhugeerathee.

Pour soutenir ce dossier d’ailleurs, l’accent avait été mis sur le gros travail effectué par ce dernier et les performances réalisées par ses athlètes jusqu’ici. Jean-Marie Bhugeerathee, précisons-le, entraîne non seulement des athlètes souffrant d’une déficience intellectuelle, mais aussi d’autres handicaps, dont Noemi Alphonse (handicap physique). Soulignons qu’hormis cette dernière (100m, 400m, 800m, 1500m et 5000m fauteuil), cinq autres athlètes du groupe entraîné par Jean-Marie Bhugeerathee, ont déjà réalisé les minima, en vue des Jeux paralympiques de 2021, à Tokyo au Japon.

Ces athlètes sont Anaïs Angéline (100m, 200m et longueur) et Roberto Michel (100m et 800m fauteuil), souffrant tous deux d’un handicap physique, Anndora Asaun (100m) et Rosario Marianne (poids), souffrant eux, d’un handicap visuel et Denovan Rabaye (handicap intellectuel: longueur). À noter que ces derniers auront maintenant à réaliser d’autres performances pour espérer valider une qualification à ces Jeux.