L’entraîneur national de l’Aurally Handicapped Persons Sports Federation (AHPSF), Giovanny Sylvio, a pris connaissance des montants des cash prizes qui seront remis aux athlètes. Il dit ne pas comprendre en fonction de quels critères les montants sont calculés. En effet, six athlètes de l’AHPSF ont été récompensés pour leurs performances lors du dernier Africa Deaf Athletics Championship tenu du 16 au 22 septembre au Kenya. Maurice avait décroché quatre médailles (1 or, 2 argent et 1 bronze) lors de cette toute première édition.

Jean Vincent Duval était le seul médaillé d’or de la rencontre au saut en longueur. Quant à Shleysha Lokheeram, elle a remporté l’argent au saut en longueur également et a atteint les finales du 100 m et du 200 m. Elle a également réalisé les minima pour les championnats du monde sur cette dernière épreuve. Au lancer du poids, Ouweish Emandy a pris la deuxième place sur le podium en finale. Et enfin, l’équipe mauricienne avait décroché la médaille de bronze au relais 4×100 m. Les bénéficiaires des cash prizes sont donc : Jean Vincent Duval (Rs 8 500), Shleysha Lokheeram (Rs 3 750), Ouweish Emandy (Rs 5 000), et l’équipe du relais représentée par Christopher Durhone (Rs 1 500), James Ravina (Rs 1 500) et Yasheem Sumum (Rs 1 500). Quant à l’entraîneur national qui les avait aussi accompagnés, il bénéficiera d’un cash prize de Rs 2 800. Il est à noter que tous les médaillés ont une qualification directe pour les championnats du monde, selon Giovanny Sylvio.

« Je suis tombé des nues en voyant rien que Rs 1500 de prime par athlète alors que c’est une médaille africaine. Idem pour le médaillé d’or et celle d’argent. Je ne comprends pas pourquoi les handisportifs, sourds du moins, ne sont pas récompensés comme des champions et vice-champions d’Afrique. C’est inconcevable qu’un médaillé de bronze au niveau africain puisse bénéficier de seulement Rs 1500. Nous avons devancé des pays tels que l’Algérie et le Cameroun, alors que tous les pays se méfiaient d’eux et nous avons remporté des médailles », indique Giovanny Sylvio.

Ce dernier souligne les sacrifices de ses athlètes, le bénévolat de certains et l’attente de reconnaissance des parents et des athlètes. « Ces jeunes ont fait connaître le haut niveau de Maurice sur le continent africain. Beaucoup de parents aussi sont très déçus en voyant cet écart. Comment leur expliquer alors que nous dominons l’océan Indien et le continent africain… », déplore Giovanny Sylvio. Il souligne également le fait que Jean Vincent Duval et Shleysha Lokheeram ont disputé des finales de championnats du monde et ils ne devraient pas, selon lui, être toujours dans la case régionale de la High Level Sports Unit. « Je terminerai en disant qu’une médaille d’or pour les Jeux des îles de l’océan Indien valait Rs 50 000… », conclut Giovanny Sylvio.