La reconnaissance officielle du MPC bénéficiera aux différentes fédérations handisportives locales

Le Mauritius Paralympic Committee (MPC) aura une première réunion aujourd’hui avec toute son équipe. En effet, l’une des priorités pour cette instance qui regroupe les différentes fédérations handisports de Maurice en ce début d’année sera sa demande de reconnaissance auprès du Registrar of Association. Le comité, dont son président Jean-Marie Malepa, espère que le MPC sera totalement en règle à partir de la fin de ce mois. L’objectif sera de faciliter les projets du MPC pour les fédérations affiliées.

« Cela fait un moment depuis que des démarches de reconnaissance auraient dû être entreprises pour le bon fonctionnement du MPC. Il faut faire avancer les choses », indique Jean-Marie Malepa. En parallèle, il fait ressortir que les Grands Prix internationaux sont toujours présents au calendrier de l’International Paralaympic Committee (IPC) cette année. Nous retrouvons ainsi les Fazza International Championships du 10 au 13 février à Dubaï, la 13e édition du Meeting International de Tunis (18 au 20 mars), les championnats Open d’Italie du 16 au 18 avril, entre autres. Pour Jean-Marie Malepa, il est clair que tant que la quarantaine sera toujours observée et payante au retour à Maurice, il sera impossible de faire le déplacement des délégations mauriciennes. Il est à noter que ces Grands Prix et d’autres compétitions internationales seront qualificatives pour les Jeux Paralympiques de Tokyo 2021.

« Nous aurons une dizaine d’athlètes en plus des entraîneurs et dirigeants pour ces déplacements. Il faudra un budget additionnel d’environ Rs 500 000 rien que pour la quarantaine, ce qui n’est pas prévu dans le budget des fédérations. Nous ne pouvons pas pénaliser 400 athlètes, les formations locales et les compétitions locales pour que quelques athlètes puissent représententer Maurice ailleurs. Nous ne sommes pas la seule fédération sportive à faire face à cela. Il nous faudra discuter des possibilités avec le ministère des Sports », laisse entendre Jean-Marie Malepa.

Enfin, le MPC compte également revoir l’allocation des guides pour les sportifs aveugles auprès du ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs (MAJSL) la semaine prochaine. Jean-Marie Malepa soutient que les guides s’entraînent autant que les athlètes de haut niveau, soit deux fois par jour (40 heures par semaine). Il considère que Rs 6 500 pour cette tâche est insuffisante, car il qualifie les responsabilités du guide comme étant un travail à plein temps. « Les médailles sur le plan continental ou international, un athlète aveugle ne le reçoit qu’aux côtés de son guide. Je ne trouve pas cela juste que l’athlète bénéficie d’une certaine allocation et le guide en reçoit deux ou trois fois moins. Je pense que c’est une chose à revoir », souligne Jean-Marie Malepa.