Suite à des « pressions » et une affaire de harcèlement sexuel allégué au sein de la Rose-Hill Transport (RHT), l’Union of Bus Industry Workers (UBIW) s’est rassemblée devant le garage de la compagnie, à Rose-Hill, ce mercredi 3 mars, pour dénoncer des « abus ».

« La situation est grave », a soutenu le syndicaliste Ashok Subron.

Il a expliqué qu’un cas de harcèlement sexuel allégué a été rapporté, depuis l’année dernière, par une receveuse. Cette dernière s’est retrouvée, par la suite, licenciée après être passée devant un board disciplinaire.

Le négociateur considère cette affaire comme un « cover-up » au sein de cette compagnie privée. « Kan li pa’nn aksepte larzan, inn met bann sarz ek inn met li deor », a relevé Ashok Subron.

L’UBIW souhaite attirer l’attention des autorités concernées, et réclame une enquête du ministère du Travail.