Pour la troisième fois de son histoire, soit en 2023, Madagascar abritera une édition des Jeux des îles de l’océan Indien. Après 1990 et 2007, la Grande île a obtenu l’organisation de cette manifestation à l’issue de la réunion du Conseil International des Jeux (Cij) tenue hier soir par visioconférence.

Les représentants de quatre pays (Réunion, Madagascar, Seychelles et Comores) ont voté en faveur de Madagascar, alors que deux autres (Maldives et Maurice) se sont déclarés en faveur d’une organisation aux Maldives en 2025. Il est à noter que Mayotte n’a pas droit au vote.

Le choix du prochain pays organisateur a fait l’objet d’intenses discussions entre les représentants des différentes îles. Pendant près de deux heures, les deux options, soit Madagascar 2023, soit Maldives 2025, ont été débattues, les problèmes économiques liés à la pandémie de Covid-19 étant également évoqués.

Au vu des discussions, tout portait à croire qu’une égalité allait surgir au moment du vote. Ce qui pouvait créer un problème vu que le casting-vote du président, à savoir le Seychellois Antonio Gopal, ne figure pas dans la Constitution du Cij. Reste que le représentant des Seychelles a soudainement changé d’opinion lors du vote. Ce qui a amené le soutien en faveur de Madagascar par quatre voix contre deux. De ce fait, la tendance d’organiser ces Jeux chaque quatre ans est maintenue.

Reste que cette décision n’a pas réellement plu à Philippe Hao Thyn Voon, président du Comité olympique mauricien (COM). « Je n’ai rien contre Madagascar, mais nous devons faire face à une certaine réalité. 2023 est très proche et plusieurs pays sont affectés par la pandémie. Il aurait été mieux de patienter jusqu’à 2025 pour une meilleure préparation et cela aurait permis aux Maldives d’organiser les Jeux pour la première fois. » Il se demande également si Madagascar a présenté un cahier des charges et si le protocole a été respecté.

D’autant que le drapeau des Jeux avait été attribué aux Maldives lors de la cérémonie de clôture de la dernière édition au stade Anjalay en juillet de l’année dernière.
Faut-il rappeler que lors d’une réunion du Cij tenue en octobre dernier également par visioconférence, les Maldives avaient formulé une demande pour organiser cette manifestation en 2025.

Et ce, en raison de la situation économique liée à la Covid-19. Ce qui avait par exemple retardé les travaux de la construction de la piscine olympique. Les représentants malgaches, forts du soutien de leur gouvernement, avaient alors transmis leur désir d’organiser les Jeux en 2023. D’où la tenue de cette réunion tenue hier soir afin qu’une décision finale ne soit prise concernant le pays organisateur. Il est à noter que Maurice était représentée par trois dirigeants du COM, Philippe Hao Thyn Voon, Richard Papie et Hedley Han, de même que Vivian Gungaram, secrétaire du Cij, et Nagalingum Pillay Samoo, directeur des Sports au ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs.

Si les Comores et Madagascar ont démontré leur intérêt pour assumer la présidence du Cij, la prochaine réunion de cet organisme se déroulera à la mi-février de l’année prochaine à Madagascar. Ce sera l’occasion d’une première visite des lieux. Outre le stade et les gymnases situés à Mahamasina qui devraient être rénovés, les travaux de construction d’un gymnase couvert de 4000 places à Taomasina devraient bientôt débuter. Un village des Jeux devrait également figurer parmi les projets.