The Olympic Rings are seen in front of the International Olympic Committee (IOC) headquarters at sunset in Lausanne on May 27, 2020. (Photo by Fabrice COFFRINI / AFP)

Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo ont dévoilé lundi des mesures sanitaires censées permettre la tenue en fin de semaine des premières épreuves « tests » depuis le report des JO à l’été 2021 (23 juillet-8 août), en raison de la pandémie de Covid-19.

La dernière épreuve « test », assimilable à une répétition générale avant les épreuves olympiques, s’était déroulé du 6 au 8 mars 2020, avant que la situation sanitaire ne se dégrade mondialement et que le CIO ne décide de reporter d’un an les Jeux.

D’ici à la grand-messe tokyoïte, dix-huit évènements sont au programme, à commencer par le rugby en fauteuil samedi et dimanche.

Pour assurer leur déroulement sans accroc, « nous essayons de limiter les contacts, les poignées de main (…) et de maintenir des distances entre les sportifs d’un mètre, si deux mètres ne sont pas possibles », a détaillé Hidemasa Nakamura, l’un des responsables de l’organisation.

Les acclamations seront interdites, et les espaces communs seront aérés toutes les demi-heures.

Quatorze « test events » seront chapeautés par le Comité d’organisation de Tokyo-2020, les quatre derniers étant de la responsabilité des fédérations internationales.

Les épreuves d’athlétisme, programmées le 9 mai au Stade national dans la capitale japonaise, seront les seules, parmi celles qu’organise Tokyo-2020, à accueillir des sportifs étrangers et des spectateurs en tribune.

Le 20 mars, les organisateurs des JO ont décidé qu’il n’y aurait pas de spectateurs venant de l’étranger cet été, une mesure inédite dans l’histoire olympique.