Citoyen engagé, politicien motivé et professionnel chevronné, installé en France depuis les années 90, John Colleemallay est depuis quelques mois le nouveau maire adjoint à Buc. Cette commune française est située dans les Yvelines dans la région Île-de-France. Une autre étape dans l’élogieux parcours de cet homme qui s’est façonné pour arriver au plus haut.

Quand il parle de son parcours, John Colleemallay, souhaite avant tout se positionner en modèle pour inspirer les jeunes. “J’espère à travers mon exemple pouvoir montrer la voie à nos jeunes et leur dire que la persévérance et la motivation ne sont pas des valeurs vaines.” Il est le nouveau maire adjoint, en charge de la Communication, la Démocratie Constructive et la Gouvernance, des Relations Intercommunales et de la Coopération Internationale à Buc. Notre compatriote a été élu lors des dernières élections municipales du 28 juin en France au sein de Tous Ensemble pour Buc! (une liste de rassemblement local, sans étiquette politique). Avec cette équipe emmenée par Stéphane Grasset, “Nous l’avons emporté avec 52,6% des voix dans une lutte à trois, composée également du maire sortant de Buc (Yvelines), Jean-Marc Le Rudulier”. Selon le quinquagénaire, pendant plus de trois décennies, cette commune a été dirigée par la même équipe. “L’objectif était surtout de nous rassembler pour apporter un renouveau et un changement aux Bucois. Nous avons proposé un nouvel élan que cet électorat conservateur dans l’âme a accepté.” Leur projet de changement prônait surtout la démocratie constructive et une gouvernance dans la transparence.

Un parcours inspirant

Agé de 50 ans, John Colleemallay a surtout un beau parcours . Ancien étudiant du Collège du Saint Esprit, il quitte Maurice en 1990 pour poursuivre ses études en économie et finances en Europe. Avec un BA en Management de l’Université de Leeds en Angleterre en poche, il obtient par la suite un Master Banque, Finance, Négoce International à Bordeaux. A la fin de ses études en 1995, le professionnel se fraye un chemin dans la finance, la gestion de trésorerie et les risques financiers, dans diverses grandes entreprises françaises. Responsable de la trésorerie et du risque de changes chez Metaleurop, il rejoint ensuite le groupe Rémy Cointreau en charge des opérations financières. Le Mauricien a également travaillé au sein du Groupe Editis, une grande maison française d’édition, avant de rejoindre Dassault Systèmes, réputée pour être le leader mondial des logiciels 3D en 2008 comme  directeur de la trésorerie et des financements avec des équipes aux USA (Boston) et en Asie (Singapour). De rajouter qu’un premier emploi à la Mauritius Commercial Bank à Port Louis, de 1989 à 1990, juste avant son départ pour l’Europe lui a permis de faire ses premiers pas dans la finance et d’acquérir une certaine maturité professionnelle.

Travailler et persévérer

Marié à une Allemande, John Colleemallay est père de deux filles, Judith, 18 ans et Justine 13 ans. “Ces dernières adorent la cuisine mauricienne”. Et lors de leurs séjours, c’est dans le sud ouest de Maurice qu’ils résident, notamment à l’hôtel Le Paradis au Morne. “Nous adorons ce cadre et pour ma part, c’est aussi et surtout son parcours de golf idyllique.”

Covid-19 oblige, les vacances cette année seront pour après. Bien qu’à des milliers de kilomètres de son pays natal, John Colleemallay cultive des liens très forts avec Maurice. En relatant son parcours, il espère faire comprendre aux jeunes qu’ils doivent croire en eux et se lancer. “C’est important de leur dire que si nous avons un objectif personnel et que nous souhaitons nous engager, nous sommes à même de le faire”. Le plus important, “c’est d’avoir la tête sur les épaules, de travailler et de persévérer”. C’est dans la ville de Quatre Bornes que le Maire Adjoint de Buc a grandi. Son père, Cyril Colleemallay, ancien Principalinspector dans l’éducation nationale mauricienne voyait déjà en son fils très jeune du potentiel dans le monde de l’économie. “Pour ma part, j’étais beaucoup plus intéressé dans la politique et je suivais beaucoup les actualités. Ce qui me motive aujourd’hui, c’est surtout l’intérêt général”.

Citoyen engagé

Habitant la commune de Buc, John Colleemallay est d’ailleurs engagé dans la politique locale depuis 2008 et a été élu conseiller municipal en 2014. En tant que citoyen engagé, il souhaitait être impliqué dans la vie de sa commune pour être en mesure d’apporter un autre service et de développer de nouvelles  idées.

Parlant de ses motivations politiques, il fait ressortir que “Ca a toujours été pour promouvoir l’intérêt général et utiliser mes capacités et compétences pour faire progresser des projets qui vont dans ce sens au sein de ma commune”. L’équipe gagnante de ces dernières municipales, a surtout à cœur d’apporter un nouveau souffle aux Bucois à travers une politique de proximité, tourné vers le partage et l’échange des idées. “Nous avons l’ambition de promouvoir un vrai projet de démocratie constructive à Buc, en impliquant les Bucois plus largement dans les réalisations et les investissements de la commune”, explique le nouveau maire adjoint. Surtout, que c’est après 30 ans qu’une nouvelle équipe est conduite à la mairie. “Notre objectif de gouvernance dans la transparence répond clairement à une aspiration forte de la population lassée par le manque de communication, voire de considération, dans les grands projets structurants”. John Colleemallay fait ressortir qu’il est aussi “très impliqué dans les activités associatives, soient sportives, soient ayant pour objectif de faire progresser les valeurs humaines et sociétales”.