Dans le cadre de la Journée Internationale des jeunes, l’aile jeune du PMSD a animé une conférence de presse ce jeudi 12 août, afin d’aborder plusieurs sujets d’actualité dont le changement climatique, le fléau de la drogue, l’éducation et le chômage chez les jeunes entre autres.

Adrien Duval, porte-parole de l’aile jeune du PMSD, est d’avis que le dernier rapport de l’Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) est un mauvais présage pour l’île Maurice.

« Plusieurs types d’événements climatiques vont malheureusement, très probablement affecter le mode de vie à Maurice ainsi, que plusieurs secteurs du pays dont l’agriculture et celui de la pêche. Avec les pluies torrentielles et les inondations, les catastrophes naturelles augmentent d’année en année. Le changement climatique concerne avant tout les jeunes. À cet effet, nous devons faire entendre nos voix en exigeant que le prochain gouvernement emmène un programme sérieux pour l’environnement, les secteurs qui seront menacés ainsi que sur la protection des Mauriciens », a déclaré Adrien Duval.

En ce qui concerne le problème de chômage chez les jeunes, Adrien Duval estime que le sujet n’est pas adressé correctement. Selon ce dernier, le Youth Employment Program est un « flop total ». Il ajoute ainsi qu’il y a un désintéressement du ministère du Travail et celui des finances pour redonner vie au programme.

Afin de contrer le fléau de la drogue, le porte-parole du PMSD propose de mettre davantage l’emphase sur la réhabilitation. « Bizin tret bann droge kom enn malade », a soutenu ce dernier. Il affirme qu’il faudrait mieux équiper la police dans le combat contre la drogue.

Olivier Barbe, président de l’aile jeune du PMSD, a  pour sa part adressé ses craintes quant au système alimentaire du pays.

D’ailleurs, le thème choisit pour cette journée internationale de la jeunesse est « Transformer les systèmes alimentaires : les innovations des jeunes pour la santé humaine et celle de notre planète ».

« À Maurice, notre système alimentaire est alarmant. Il nous faut un système bien défini, dont des campagnes de sensibilisation et des programmes scolaires. Si nous développons une culture d’autosuffisance, il n’est pas impossible que nous devenions un modèle dans la région de l’océan indien », explique Olivier Barbe.

L’aile jeune du PMSD lance ainsi un appel à la jeunesse mauricienne : « a nu met latet ensam pour un meilleur avenir pour les jeunes ».